« Sans la Russie, pas de salut »


Histoire populaire / samedi, février 14th, 1920

C’est sous ce titre que de grandes affiches de « l’Alliance universitaire »,(qui n’est pas l’Université) attirent l’attention du public sur les choses de Russie.

Après avoir cité l’opinion de quelques lumières du « Bloc national » et de quelques « culottes de peau », l’Alliance universitaire demande que la France, si elle ne veut pas devenir une colonie anglaise,. s’allie à la Russie.

Mai. dites-nous. qui est-ce la Russie, à l’heure présente ? Il y a quelques mois, vous nous auriez répondu que la Russie, la saine Russie, c’était Youdenitch. Kollechack et Denikine, et que c’est à eux que la France devait s’allier. Mais aujourd’hui ces personnages, chers à Pichon Clémenceau, se sont évanouis sous le soufle bolchevique et nous ne saurions faire alliance avec ces fantômes !

La Russie, à vos yeux, serait-ce la poignée d’émigrés (anciens ambassadeurs, révolutionnaires repentis, etc.) qui s’agitent à Paris, dans les salles de rédaction des journaux réactionnaires gouvernementaux ? Ces gens-là ne représentent qu’eux mêmes et n’ont pas qualité pour parler au nom de le Russie.

La Russie, la vraie Russie, c’est celle des Soviets, dont les armées, combattant pour un idéal, ont bousculé leurs ennemis et rompu tous les « barbelés » de Clémenceau. C’est le gouvernement de Lénine, dont l’autorité s’étend sur presque tout l’aancien empire des tsars.

La conclusion logique de l’Affiche de « l’Alliance universitaire » c’est qu’il faut que la France s’allie à Lénine si elle ne vent pas devenir une simple • colonie anglaise, et, avec « l’Alliance universitaire », nous répétons ;

Sans la Russie, pas de salut !

D…… , du groupe d’Annecy.

Une réponse à « « Sans la Russie, pas de salut » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.