Annexe : Manifeste au peuple savoyard, Parti communiste, mars 1943


Histoire populaire / samedi, mars 16th, 2013

Diffusé à plus de 25 000 exemplaires, le « Manifeste au peuple savoyard » est un appel stratégique du Parti communiste pour les pays de Savoie.

Signé au nom du « Comité Savoyard de Lutte pour l’Indépendance de la France », une déclinaison régionale du Front National (fondé par le Parti communiste  pour massifier la résistance pour libérer le pays du joug nazi et pétainiste), ce tract a permis de massifier la Résistance grâce à son ancrage local, à son style politique et à l’alliance avec les autres forces de la Résistance.


Mars 1943

Les divers mouvements de résistance des deux départements savoyards, soucieux d’unir toujours davantage tous les Français et Françaises, se sont réunis et se sont mis d’accord devant le grave danger de l’heure présente pour lancer au peuple savoyard un appel à l’action patriotique.

D’abord applaudissons sans réserve à l’action si belle de la jeunesse qui, désertant les salles de révision, s’est réfugiée sur nos montagnes, donnant ainsi non seulement à la France un magnifique exemple de foi patriotique, mais au monde entier et à son ennemi (le Boche et l’Italien) l’assurance et le défi que la France ne saurait périr. Sans distinction de confession et d’opinion, la jeunesse savoyarde s’est levée, sonnant ainsi l’heure de l’action. Que cet exemple sans précédent dans notre histoire soit le point de départ d’une action toujours plus forte en faveur de la libération de la Patrie. C’est pourquoi nous décidons de mener la lutte en total accord. Nous nous réclamons de la Charte de l’Atlantique.

Nous jurons de nous conformer aux directives de la France combattante et de tout faire pour hâter l’heure où la France pourra à nouveau respirer sans la crainte de l’occupant ou de la fiction de Vichy, dans la plénitude de ses droits recouvrés, par l’insurrection armée du Peuple qui reste inséparable du problème de l’indépendance de la France, comme l’a proclamé le Général De Gaulle.

Nous prenons pour titre et signature de notre action actuelle et future « Comité Savoyard de Lutte pour l’Indépendance de la France ».

Paysans, Vichy, se faisant de plus en plus le valet du Boche et de l’Italien, réquisitionne toutes vos récoltes. c’est la période de la Dîme plus honteuse encore qu’avant 1789. On vous prend votre bétail, on prend aux Français paille, foin, ne laissant même pas le nécessaire, il faut fournir les œufs et la volaille, et c’est aussi l’Inquisition pour donner encore plus de blé, plus d’avoine à l’occupant qui n’est pas arrivé à s’en procurer en Ukraine ou dans les plaines d’Égypte. Levez-vous, Paysans, armez-vous, prenez vos outils et vos pioches et chassez de nos campagnes cette valetaille du Boche exécré ! Ravitaillez les Patriotes qui ont gagné la montagne, ce sera là vraiment être patriote.

Ouvriers, cheminots, refusez de travailler pour les Boches, sabotez la production, résistez aux réquisitions pour le travail forcé en Allemagne, exigez de meilleures conditions de vie et l’augmentation des salaires. Agissez ! Regagnez vos organisations syndicales, faites prévaloir vos droits, réalisez avec vos camarades de travail une union toujours plus étroite et formez vos comités patriotiques dans les entreprises. Réalisez votre Unité Syndicale. Exigez que le travail fait par les Français serve aux Français.

Fonctionnaires ! Vous, fonctionnaires de France dont on réclame sans cesse toujours plus de travail, toujours plus de discipline à des ordres dont vous savez qu’ils n’ont rien de Français, ne cherchez pas à appliquer à la lettre des directives qu’on vous donne ; que ce soit l’instituteur ou le postier, le contrôleur des prix ou le gendarme, n’oubliez pas que si l’ordre à Hitler devait triompher, vous seriez jetés hors de vos emplois. Votre dévouement à Vichy serait payé par votre licenciement sans aucune retraite.

Gendarmes, gardes mobiles, n’oubliez pas vos origines. Vous sortez du peuple, par conséquent vous ne pouvez pas être contre lui. Comme l’ouvrier, le paysan, vous pouvez lutter, vous pouvez saboter les ordres et ainsi hâter l’heure de la chute de l’ennemi. Agissez en vrais patriotes ; votre passé républicain répond de votre action présente.

Commerçants ! Demain, quel sera votre sort ? Des impôts à payer et plus de marchandises à vendre. On vous tracasse, il faut inventorier sans cesse ; vendre avec ces tickets qui sont pour vous un surcroît de travail écrasant, et vous assistez impuissants à un marché noir de plus en plus formidable et peu réprimé car il sert aux -nouveaux profiteurs du régime.

Petits industriels et artisans, c’est pour vous des charges toujours plus for-tes, la matière première et les fournitures très rares, tout est contingenté ; vous avez dû travailler pour les Boches et à présent on prend votre main-d’œuvre. Vous êtes voués à disparaître au profit des grands trusts des industries nazies. Ne laissez pas partir vos techniciens ni vos ouvriers, résistez par tous les moyens en votre pouvoir.

Médecins et pharmaciens ! La maladie rôde et s’abat sur nos populations, la disette en est la cause. Impuissants vous assistez à ses ravages. Notre jeunesse est candidate à la tuberculose dans de très grandes pro-portions ; les articles de pansements et produits pharmaceutiques manquent ; tout est raflé par Hitler pour sa sale machine de guerre et demain les jeunes docteurs devront eux aussi partir prisonniers en Allemagne.

Pasteurs, prêtres et curés des villes et campagnes ! Du haut de vos chaires pastorales, vous avez déjà maintes fois flétri le crime. Votre voix est écoutée par des milliers de fidèles et vous êtes dans maints endroits le hâvre où tous ceux qui souffrent cherchent une consolation. Dans la lutte contre l’ennemi vous avez payé largement votre part. Aidez-nous à galvaniser les énergies et faisons ensemble la chaîne pour sauver la Patrie. Que de toutes les Églises de France les cloches s’ébranlent pour sonner le rassemblement des patriotes et aussi fêter la prochaine grande Victoire !

Mères, épouses, sœurs et fiancées ! Dans votre chair, dans votre cœur, dans vos affections, vous avez été durement touchées. Combien de vos fils, époux, frères et fiancés sont encore derrière les maudits barbelés des Stalags, et on voudrait encore prendre des ouvriers, des spécialistes, des jeunes ! Non, ne laissez pas faire ! Dans de puissantes manifestations, repoussez les prétentions des Hitlériens, favorisez le passage dans le maquis de tous les vôtres touchés par l’abjecte relève. Vos jeunes enfants ont faim, vos époux manquent de nourriture, allez dans les mai-ries et exigez un meilleur ravitaillement. Plus de pain, plus de viande ! Exigez des chaussures, des vêtements ! Créez vos comités de ménagères et dans votre sphère propre réalisez les conditions qui doivent vous permettre d’obtenir un meilleur ravitaillement et le retour sans condition de tous nos chers prisonniers.

Anciens officiers, militaires et marins ! Vous avez été honteusement chassés de vos grades et de vos emplois dans l’armée de l’Armistice. Hitler a eu peur de vous et l’exemple magnifique de Toulon restera gravé dans nos mémoires et dans nos cœurs. Vous devez vous considérer toujours au service de la France et rejoindre dans les forêts et les montagnes les jeunes et ceux de la relève. De cet élan du Peuple doit sortir la nouvelle Armée Nationale qui libérera la France. On a besoin de vous. Comprenez où est votre devoir, allez encadrer, allez apprendre le maniement des armes à ces patriotes. On a confiance dans les soldats de la France !

Toujours la France a su donner au monde des leçons de civisme et de courage. Dans les tragiques épreuves que nous venons de vivre depuis 1940, nous avons vu bien des trahisons, mais bien des espoirs.

Aux Légionnaires, S.O.L. ou autres milices nationales, nous voulons encore dire : Regardez le passé ! c’est toujours un peu le recommencement de l’histoire et jamais une faction, jamais des traîtres, jamais la loi du petit nombre n’a pu dominer. Quittez pendant qu’il en est temps encore ces organisations qui n’ont rien de français, qui sont maintenues par l’ennemi. Agissez vraiment français ! A l’aube de ce printemps 1943, un grand souffle d’espoir soulève le pays tout entier : les grandes victoires des Alliés en Afrique où Rommel a été défait à plate couture du Caire à Tripoli, et en Russie où après Stalingrad et Rostov, Rjev et Viasma la bête nazi chancelle, nous donnent de sérieuses raisons d’espérer. La prochaine création du deuxième front doit donner le coup de grâce. La résistance héroïque de nos Francs-Tireurs et dans nos montagnes le bel élan de nos jeunes hommes sonnent l’heure de la résistance à tout prix !

En avant, Patriotes Savoyards ! Pour Hitler la Savoie sera une seconde Yougoslavie.

Vive l’Insurrection armée du Peuple !

Vive la Liberté !

Vive la Savoie !

Vive la France !

Le Comité Savoyard de Lutte

pour l’Indépendance de la France

Ont signé les délégués de :

TOUS LES MOUVEMENTS DE RESISTANCE.


Une réponse à « Annexe : Manifeste au peuple savoyard, Parti communiste, mars 1943 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.