Mai 68 et l’élan électoral pour la Gauche


Histoire populaire / vendredi, septembre 27th, 2013

Évidemment, c’est en mai-juin 1968 qu’a lieu un grand mouvement de contestation qui vient ponctuer ce renforcement du capitalisme sur l’ensemble de la vie.

Dans les pays de Savoie où il n’y a qu’une petite faculté naissante à Chambéry, c’est la classe ouvrière qui agit dans le mouvement. A Chedde, à Ugine, dans les usines électrochimiques de la Maurienne, mais aussi à Cluses et Annemasse en passant par l’usine du Giffre, les grèves, parfois avec des occupations festives, rythment la fin du printemps.

>> Voir aussi : l’occupation de l’usine d’Ugine en mai-juin 68 par un film militant d’époque

Ouvriers lisant l’Humanité à Chedde

Cet élan est accompagné et encadré par la domination du Parti Communiste et de la C.G.T qui connaissent un important développement. Avec cette Gauche, pleinement intégrée aux institutions, la question n’est plus d’une rupture avec le capitalisme mais plutôt de sa « modernisation » vers une démocratie sociale et économique.

L’élan de la grève est alors canalisé dans une perspective purement syndicale, faite de revalorisation salariale, de remise à niveau des qualifications et d’une participation à la gestion de l’entreprise.

>> Voir aussi : mai-juin 68 à Chedde

Mais nous ne sommes ni en 1904, ni en 1936, ni en 1944 : l’enjeu de la période c’est un besoin de changement existentiel face à un mode de vie aseptisé par la consommation de masse.

Depuis 1945, la Savoie a vu sa paysannerie se prolétariser, contraintes de vendre sa force de travail dans les grands magasins naissants, les grandes stations de sports d’hivers et son industrie touristique et des usines toujours plus grosses.

C’est à partir de ce besoin, dans ce contexte d’extension de la société de consommation, que se développe dans une partie de la jeunesse ouvrière et étudiante, le militantisme gauchiste.

Ainsi, par exemple, les maoïstes de la Gauche Prolétarienne qui fondent un Comité Justice Vérité à Annecy et combatte les inégalités de classe lors de la campagne « pas de vacances pour les riches ! » de « l’été chaud » de 1971.

C’est également la détérioration de la pelouse du golf de Chamonix ou encore l’investissement massif de plages privatisées par des bourgeois sur les rives du Léman.

Toutefois, l’extrême gauche n’a pas de projet politique défini et ce sont les forces de Gauche qui assurent la domination idéologique et culturelle.

Elles le sont d’autant plus enclines qu’elles s’appuient sur la légitimité de la Résistance dans les années 1940 et qu’avec la disparition du conflit clérical, elles assument la stabilité républicaine.

Si les notables de la droite avait réussi à maintenir leurs positions directement après 1968, c’est essentiellement sur la base de cette longue tradition conservatrice et du statu quo dans les vallées alpines.

Mais, les régions étaient bien trop transformées dans leur configuration sociale et économique pour ne pas être pleinement modernisées, dans leur ensemble.

Cette modernisation va alors passer par la victoire électorale de la Gauche aux élections municipales de 1977 dans les principaux bastions ouvriers.

Albert Ala, employé d’un sanatorium du Plateau et militant PCF, devient le maire de Passy où est implanté l’usine électrochimique de Chedde.

Annemasse, berceau du socialisme en Haute-Savoie et centre cheminot, passe sous domination des professeurs du Parti Socialiste, tout comme Bonneville, cœur de formation des instituteurs. Autour d’Annecy, les deux bassins ouvriers que sont Meythet et Cran-Gevrier passent respectivement sous direction du Parti Communiste et du Parti Socialiste.

En Savoie, le Parti Socialiste gagne les mairies des deux grands centres ouvriers industriels, Saint-Jean-de-Maurienne et Ugine, déjà dans leur giron depuis 1971 et cela jusqu’en 1989. C’est même la préfecture du département Chambéry, qui est gagné par le Parti Socialiste.

C’est la consécration locale de la participation aux institutions avec la conquête et cela va marquer la modernisation sociale de ces régions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.