Une région transformée par la marchandise


Histoire populaire / vendredi, septembre 27th, 2013

L’extension du tourisme de «sport d’hiver», avec ses grandes stations de ski, correspond au renforcement d’une société de loisirs. Celle-ci est permise par une augmentation de la production sociale. Avec l’intégration florissante du pétrole et du plastique dans la production, les monopoles tendent toujours plus à s’emparer de la vie quotidienne.

On le voit avec le développement des grands centres commerciaux, la généralisation de la voiture et l’amélioration du logement (avec ses biens d’équipements).

Provencia à Annecy

Le groupe commercial Provencia, originaire de Haute-Savoie, ouvre en 1963 le premier Carrefour à Annecy puis un grand magasin Provencia à Cluses en 1975. Il y a aussi les magasins Records à Sallanches en 1973, à Annemasse en 1977.

C’est face au futur Provencia de Cluses que s’était érigé, à partir de 1962, un vaste quartier HLM accueillant une partie de la main d’œuvre immigrée d’origine maghrébine dans des logements individuels confortables (toilettes individuels, eau courante…).

A ce développement du capitalisme à tous les niveaux de consommation s’ajoute la fin du salaire hebdomadaire et la généralisation du salaire mensuel pour les ouvriers. Il est alors plus facile de se projeter dans l’avenir, de faire un crédit, d’accéder à un maison… La vie quotidienne est bouleversée, comme absorbée par la marchandise.

La prégnance de la vie communautaire, marquée par la double activité ouvrier-paysan, se délite progressivement jusqu’à disparaître complètement des pays de Savoie au cours des années 1980.

Sans changer profondément de nature, les rapports de classe sont modifiés.

La paysannerie fond. Alors qu’ils sont 18 872 personnes en activité en 1968 dans les pays de Savoie, ils ne sont plus que 6 824 en 1990 puis 3 457 en 2015. En parallèle, sur fond de prolétarisation des paysans et des petits commerçants, la classe ouvrière gagne en effectif.

De la même manière, la couche des employés et des intermédiaires se développe avec l’essor des activités administratives (retraites, assurance chômage, sécurité sociale…) et des lieux d’enseignement. En effet, la réforme dite du «collège unique» en 1977 puis l’objectif de « 80% d’une génération au bac » augmentent le nombre d’étudiants, toutes origines sociales confondues.

La qualification de la force de travail doit être ajustée à la composition technique du capital, avec l’automatisation notamment (dans le décolletage, c’est l’apparition des commandes numériques). Le collège unique voit tous les milieux sociaux être brassés jusqu’à 16 ans et amène plus de jeunes jusqu’au niveau du baccalauréat (auparavant synonyme d’une distinction bourgeoise).

Des établissements sont alors construits dans des zones éloignées des grandes villes, comme les lycées généraux et professionnels René Dayve au Fayet en 1971, Paul-Héroult à Saint-Jean-de-Maurienne en 1973.

C’est dans ce contexte de transformation que la Savoie fête le centenaire de son rattachement à la France. Pour la majorité de la population, l’élan est lancé dans la modernité et cela se confirme avec une amélioration relative des conditions de vie. Mais en parallèle à l’apparition de la question de la régionalisation en 1969 se développe la mouvance savoisienne.

Il faut alors la comprendre comme une stricte émanation régionale du poujadisme et de la prolétarisation massive d’une paysannerie écrasée par les monopoles. La mouvance Savoie Libre est un contre-coup de cette transformation de la région mais qui, fondée sur des couches sociales vacillantes, se tournent vers un passé idyllique, mystifié, romantique.

Alors que l’accumulation du capital est relancée sur une nouvelle base depuis 1945, les nouvelles tendances opposées émergent. D’un côté le pôle réactionnaire de Savoie Libre, et de l’autre le grand mouvement de l’époque, porté par la classe ouvrière, Mai 68.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.