Les députés de la vallée de l’Arve et l’interdiction du Glyphosate


Ecologie / mercredi, mai 30th, 2018

Dans la nuit du lundi 28 mai a eu lieu le vote à l’assemblée nationale sur l’interdiction du glyphosate, avec seulement 86 députés présents sur les 577 que comporte l’Assemblée Nationale. 20 se sont donc prononcés pour l’interdiction, 3 se sont abstenus et 63 ont voté contre.

Ce pesticide, fabriqué par le monopole Monsanto, est extrêmement décriée par la population puisque 81 % des gens souhaitent son interdiction.

D’ailleurs Bayer, géant allemand de la chimie, vient d’absorber Monsanto, laissant place à un gigantesque conglomérat qui s’accapare 61 % de la production de semences et de pesticides. Ce monopole est fortement controversé pour être un producteur de nombreux pesticides sensés doper l’agriculture intensive.

On sait que ce type d’agriculture est destructrice des écosystèmes. Cela n’étonne guère lorsqu’on sait que certains de ces produtis viennent tout tout droit du complexe militaro-industriel américain (l’agent orange par-exemple utilisé comme arme dans la guerre du Vietnam).

Le glyphosate est une molécule chimique alliée à d’autres afin de produire l’herbicide Roundup. Cette substance est utilisée dans plus de 300 produits avec une production atteignant un milliard de tonnes par an. Les études scientifiques au sujet de sa nocivité sont très opaques du fait de grandes entreprises qui maquillent les études, les sources et les résultats.

Cela témoigne du rôle anti-démocratique joué par les monopoles capitalistes, bafouant les droits à une information transparente sur des problématiques vitales.

Cela est très opaque car s’il n’y a pas des résultats clairs sur l’impact sanitaire et environnemental du glyphosate, rappelons que cette molécule est considérée dangereuse lorsqu’elle est synthétisée avec d’autres molécules, comme dans le Roundup.

Si l’on s’en tient au CIRC (Centre Internationale de Recherche sur le Cancer), le glyphosate est classé comme « cancérigène probable » au même titre, d’ailleurs, que l’alcool.

D’ailleurs, des lois votées en 2014 puis en 2016 (loi Labbe) interdisent l’utilisation du glyphosate pour les particuliers à l’horizon 2019 et dors et déjà pour les collectivités territoriales.

Et si l’on sort du seul cadre humain, on sait depuis peu que les oiseaux et les insectes de les campagnes disparaissent à très grande vitesse. Une des causes principales : la monoculture et son usage massif de pesticide

Comment ont agit les députés Xavier Roseren (Cluses-Chamonix), Martial Saddier (Bonneville) et Virginie Duby-Muller (Annemasse) de la vallée de l’Arve ? Tous les trois étaient absents !

Être absent d’un vote écologique historique tout en étant l’élu d’une vallée qui souffre fortement de la pollution de l’air et dans laquelle subsistent des oiseaux par ailleurs menacés d’extinction en dit long sur la prise en considération d’enjeux écologiques vitaux.

Cette faute est d’autant plus grave que 4 jours après le vote, aucune mention n’est faite de ce débat sur les sites internet des députés, ni aucune explication légitime sur leur absence des bancs de l’assemblée nationale.

Alors nous posons une question simple : le refus d’interdire le glyphosate se réduit-il simplement a une histoire de « pressions de groupes industriels » ?

Si l’on a une analyse critique et logique, on voit bien que c’est toute la classe dirigeante qui prend cette question à la légère… Aucune justification n’est possible : ne pas prendre parti dans cette affaire, c’est, de fait, laisser le champ libre aux pollueurs, aux entreprises détruisant la planète.

L’assemblée nationale lors du vote…

Dans cette affaire, il n’y a donc pas qu’une pression extérieure aux députés, un « lobbying » qui aurait triomphé. Le problème de fond c’est bien que la majorité des députés est absente ; le problème c’est bien que l’on parle d’un tel problème à 2 h du matin en pleine semaine. Le problème c’est qu’il n’y a pas de transparence, pas de débat démocratique réel…

Il y a un décalage, pour ne pas dire une opposition, entre une population majoritairement opposée au glyphosate et une classe dirigeante qui dénie le sérieux de cette question, alors qu’en arrière-plan Monsanto devient un monstre planétaire détruisant toujours plus la Nature…

2 réponses à « Les députés de la vallée de l’Arve et l’interdiction du Glyphosate »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.