Ce que signifie la pollution à l’ozone (O3)


Ecologie / lundi, août 6th, 2018

Si les particules fines issues de diverses sources de pollution nous empoisonnent principalement l’hiver, l’ozone est un type de pollution qui ne survient qu’en été. Pourquoi ?

L’explication est en fait simple. C’est la chaleur et le rayonnement solaire qui font réagir deux types de polluants générés principalement par l’activité humaine. C’est une réaction chimique qui transforme les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV : hydrocarbures, solvants…) en ozone (O3).

Ces deux polluants se retrouvent massivement dans les zones d’activités industrielles et de trafic routier intense mais aussi, encore une fois, dans la combustion de biomasse (bois, feuilles, déchets « verts »).

L’absence de vent est un facteur aggravant car il densifie la production d’ozone. La présence de vent déplace la pollution en changeant légèrement ses propriétés, la production est alors moins dense mais plus rapide.

Contrairement à d’autres sources de pollution, comme les feux d’artifices dont l’impact est très court sur la troposphère, la pollution à lozone est persistante. Les molécules impliquées ayant une longue durée de vie.

On a souvent tendance à confondre ce phénomène avec la couche d’ozone qui nous protège des rayonnements ultra-violets (UV) du soleil. La couche d’ozone se trouve dans la stratosphère alors que nous, nous sommes en contact avec la troposphère. Normalement il n’y a que peu d’ozone dans la troposphère.

L’ozone troposphérique est donc nocive alors que l’ozone stratosphérique est vitale. Elle est nocive non seulement pour les humains mais altère également les principaux processus physiologiques des plantes, comme la photosynthèse, leur manière de se nourrir.

La vallée de l’Arve est actuellement touchée par cette pollution (avec des hauts niveaux pour Annemasse, Bonneville, Passy, Sallanches, etc.). Or, à partir de ce lundi 6 août, une restriction de la vitesse automobile va être mise en place à Annecy mais rien n’est prévu dans la vallée de l’Arve alors que la pollution à l’Ozone est plus intense justement à la campagne plutôt qu’en ville.

Cela est d’autant plus vrai que la pollution à l’Ozone est issue de multiples composés organiques volatiles, largement présent dans la vallée de l’Arve avec son intense activité industrielle locale (comme le révèle le rapport Analytika) et son Trafic Routier International (T.I.R)

On peut donc voir que la pollution à l’Ozone est le produit du rechauffement climatique (épisode caniculaire) et des activités humaines industrielles.

Cela montre bien que la pollution de la vallée de l’Arve ne peut se réduire aux seules particules fines PM10 pendant la période hivernale.

Il y a un problème général lié à tout un système productif à changer, avec, en arrière-plan, le réchauffement climatique qui accentue le problème, rechauffement climatique lui-même engendré principalement par les actvités industrielles de l’Homme. Il y a une spiralle négative à prendre en compte si l’on veut résoudre correctement ce terrible problème écologique !

Une réponse à « Ce que signifie la pollution à l’ozone (O3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.