Vague irrationnelle et complotiste dans la Vallée de l’Arve


Politique, Vie quotidienne / mercredi, janvier 16th, 2019

Dans les éditions du Dauphiné Libéré du dimanche 12 janvier et dans l’hebdomadaire « Le Messager » de la même semaine, quelques faits ne sont pas passés inaperçus aux yeux de notre média. 

A Sallanches tout d’abord où on apprend que dans la nuit de vendredi à samedi, quatre banques, deux véhicules de la police et un horodateur ont été vandalisés par des jets de peinture.

A la Roche-sur-Foron ensuite où des tags complotistes et antisémites ont récemment essaimés la ville : « Bataclan, la faute aux dirigeants » ou encore « Hitler, 6 millions de mort. Capitalisme, 20 millions par an ».

On ne peut malheureusement pas compter sur la presse locale pour analyser ce que tout cela signifie au plan des idées dans le contexte politique actuel. Cela est renvoyé simplement à la catégorie « faits divers » et « incivilités » alors qu’il y a là des actes politiques d’une importance capitale.

A Sallanches, voilà maintenant quelques semaines que le mouvement des « Gilets jaunes » organise des rassemblements et des manifestations. Sans perspectives, les Gilets Jaunes continuent leur « coup de gueule » , au risque de pourrir dans des violences physiques intolérables entre habitants. C’est là la preuve du caractère foncièrement anti-démocratique d’un tel mouvement, incapable de gérer correctement ses propres contradictions.

Dans ce climat, comment ne pas voir la marque des Gilets jaunes de Sallanches dans les jets de peinture jaune sur des cibles précises comme des banques et des horodateurs ?

Tout cela révèle une vision du monde prise entre l’étau du complotisme d’extrême droite (critique du pacte de Marrakech vu comme un « grand remplacement ») et un néo-poujadisme agressif, flirtant avec des thèses antisémites.

Une pancarte complotiste vue lors d’une mobilisation des Gilets jaunes à Sallanches, samedi 10/01/2019

N’importe quelle personne sérieusement de Gauche sait bien que les Gilets jaunes génèrent en leur sein des postures arriérées, mais aussi, plus grave, un antisémitisme plus ou moins affirmé de part la réduction du capitalisme au « banques », à « Rothschild », et aux « taxes ».

Les horodateurs pris pour cibles ne sont rien moins qu’une réalisation concrète de ces idées, précédée déjà par l’occupation du Centre des impôts de Sallanches ou la dégradation des radars. C’est une négation complète de la lutte des classes. 

Les tags à la Roche-sur-Foron relèvent malheureusement de la même vague de fond. Avec un tag comme « le Bataclan, la faute aux dirigeants », ces apprentis tagueurs virent dans le complotisme de bas étage. Il n’y a aucune prise en compte de la complexité de l’idéologie islamiste qui trompe des gens désespérés par la modernité capitaliste, et trouvent dans un projet de restauration d’un passé archaïque une source d’inspiration et d’action pseudo émancipatrice.

Bref, il n’y a aucune analyse  de la crise du capitalisme et de ce que cela implique en termes d’idées mortifères, de dégradations des relations sociales, de pulsions négatives dans le peuple…

Car ce que ne comprennent pas ces rebelles de salon, c’est que le capitalisme est un mode de production dirigé par des monopoles qui n’ont comme seule « logique » la quête du profit à court terme. Il n’y a pas de « volonté » ni de « pensée » du « capitalisme » qui « affamerait » les plus pauvres, « empoisonnerait » les populations.

A l’inverse, le nazisme fut l’une des pires dictatures du XXe siècle. Elle est ce système qui employa de vastes moyens rationnels dans un but idéologique irrationnel (Shoah). Le nazisme c’est la transformation des vieux préjugés antisémites (juif = argent) en une proposition pseudo révolutionnaire (exterminer les juifs, c’est en finir avec l’argent).

Or, seule la classe ouvrière qui assume le projet socialiste sur la base de la lutte des classes peut planifier et rationaliser la production en la plaçant sous la direction de la société toute entière et non plus de quelques propriétaires privés.

Ces dégradations politiques dans la vallée de l’Arve ne sont pas à minorer. Elles doivent être prises pour ce qu’elles sont : une expression de forces irrationnelles qui ne peut que renforcer la montée du fascisme. La tâche de la Gauche est immense et seul le « retour » à ces fondamentaux peut la guider correctement dans notre époque tempétueuse.

 

2 réponses à « Vague irrationnelle et complotiste dans la Vallée de l’Arve »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.