Savoie : Yannick Jadot lance la campagne d’Europe Ecologie-Les Verts.


Ecologie, Politique / mercredi, avril 24th, 2019

Ce mercredi 23 avril, Yannick Jadot tête de liste d’Europe Écologie Les Verts accompagné de Karima Delli, présidente sortante de la commission des transports, et d’écologistes italiens étaient présents dans la vallée de la Maurienne en Savoie pour lancer la campagne des élections européennes.

L’autoroute Ferroviaire Alpine, avec sa gare de départ à Aiton.

Venue pour défendre les barrages hydrauliques et une politique du report modal, la délégation a affirmé son opposition à la ligne à haute vitesse Lyon-Turin et à plaidé pour une utilisation maximale de l’Autoroute Ferroviaire Alpine (AFA) existante dans une perspective d’amélioration de la qualité de l’air.

A ce titre, voici les propos de Karima Delli à ce sujet :

La question est de savoir si l’on défend justement la santé des gens ou est-ce qu’on défend les intérêts privés justement pour une maximisation des gains. Nous, les écologistes, nous avons choisi la santé des gens.

Et Yannick Jadot de répondre à une militante sur la question de la pollution de l’air en ces termes :

(Il faut) faire valoir le bon sens parce que quand on est à 67 000 morts prématurés par an liés à la pollution dans le pays, l’idée qu’une partie de la solution est d’élargir le Fréjus (Lyon-Turin -nda) et d’attendre vingt ans pour engager le report modal, personne ne peut défendre sérieusement ça devant l’opinion publique.

Rappeler l’objectif du report modal par l’utilisation maximale de l’AFA ainsi que l’aberration économique et écologique du Lyon-Turin est un préalable nécessaire mais pas suffisant : il faut bien avoir une explication concrète de la situation et proposer une solution politique.

C’est là que tout flanche car Karima Delli peut bien critiquer les intérêts privés et la « maximisation des gains », il n’y a là qu’une rhétorique sans aucune remise en cause du mode de production capitaliste.

En effet, Yannick Jadot ne disait-il pas dans son interview de mars 2019 au journal Le Point  : « Bien entendu que les écologistes sont pour le commerce, la libre entreprise et l’innovation […] Si je crois autant au logiciel écologiste, c’est parce qu’il est le seul qui soit pragmatique, réaliste ».

Mais, comment peut-on se déclarer pour la « libre entreprise » et critiquer la sous-utilisation de l’AFA alors que l’essor du transport routier s’est précisément réalisé  à la fin des années 1980 avec les grandes politiques de libéralisation du secteur ? Comment critiquer la sous-utilisation de l’AFA sans parler de l’accumulation du capital basée sur la flexibilité, le zéro-stocks et le juste-à-temps, bref le libéralisme ?

Depuis le début des années 2000, la productivité du secteur a augmenté de 75 %, et l’emploi est passé de 161 000 à 327 000 salariés ! Le transport de marchandises n’est donc pas une question « pragmatique » mais bien un aspect central de l’accumulation capitaliste.

En ce sens, la pollution de l’air générée par le trafic routier n’est qu’une partie du combat général pour le socialisme, c’est-à-dire pour la remise des grands moyens de transport et d’échange dans les mains du peuple.

Car sans la remise dans les mains du peuple des SNCF-Geodis, Bolloré, Gefco, Norbert Detressangle, Sanef, ASF, APRR, comment avoir les outils adéquats pour engendrer le report modal d’une grande partie trafic de marchandises ?

En ce sens, il est bien vain de vouloir faire de l’écologie un nouveau clivage, et de se rabaisser à l’atmosphère générale populiste du « ni droite, ni gauche » !

Mais la position de Yannick Jadot est peu étonnante lorsqu’on se penche sur sa propre trajectoire. Diplômé en économie, adhérent en 1999 chez Les Verts, il a été le directeur de campagne chez Greenpeace entre 2002 et 2008.

Il peut donc railler le ralliement de Pascal Canfin, ex-président de WWF France, à la liste européenne de La République en Marche, ils sont tous les deux le produit du même entre-soi des ONG, à la recherche d’un « new deal vert » et d’un « lobbying » de la société civile.

Tout cela ne peut que s’effondrer car EELV a perdu tout le souffle acquis lors des élections europpéennes et régionales de 2009-2010. Limitée aux couches moyennes des grandes villes, la ligne centriste de Yannick Jadot ne peut que s’évanouir face à la seule réalité actuelle, la crise du capitalisme…

Une réponse à « Savoie : Yannick Jadot lance la campagne d’Europe Ecologie-Les Verts. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.