Portrait : Inch, DJ de Reverse Side Sound System.


Vie quotidienne / vendredi, juin 21st, 2019

En cette journée de fête de la musique, parlons musique avec Inch, un acteur de la scène dub locale.

Salut, alors déjà est-ce que tu peux te présenter rapidement.

Je m’appelle J., j’ai 35 ans, je suis de Magland et je suis ouvrier dans une usine de décolletage depuis plus de vingt ans. Mon blase c’est Inch et je suis selecta du Reverse Side Sound System.

Et donc parle nous un peu de ta découverte de la musique ?

J’ai commencé à découvrir la musique avec mes parents, ma mère était plus chanson française alors que mon père était plus avant-gardiste sur les genres. Je me rappelle pour exemple, quand le morceau d’ IAM « je danse le mia » à commencé à être diffusé sur les radios, c’était le premier à monter le potar pour faire claquer les watts (sourire) et je ne vous parle même pas de la danse des années 1990…

À l’âge de 9-10 ans je traînais dans mon village avec des copains plus âgé. Une partie écoutait du hard rock, l’autre de l’électro du début des années 90…. Du coup moi je me faisais mes petites cassettes en sélectionnant ce que j’aimais, mon oncle m’avait filé un poste cd/cassette où on pouvait enregistré, c’était le début du piratage !

Ah cool, et alors ton daron, il avait kiffé IAM ?  La techno, ouais c’était tout juste l’arrivée en France avec la Free party…

Grave il avait kiffé, c’est un rap cool en même temps, à la radio à cette époque c’était nouveau t’avais aussi Mc Solar qui passait mais à part ça le rap ça restait bien underground à cette époque …

Normal, et alors toi, ça t’as amené à aller vers quel type de zik ?

Après j’ai commencé à écouter ma propre musique à l’âge de 13-14ans j’écoutais du Nirvana, The Offspring, Bob Marley, Peter Tosh…

Avec des potes et mon cousin on a commencé à acheter de la musique chez des disquaires, il y en avait trois à coté de chez moi (deux à Sallanches et un à Cluses). C’était cool de fouiller dans les bacs mais on faisait gaffe à ce qu’on achetait vu que c’était cher !

Ahahah, et alors tu te souviens du premier album acheté ?

Premier cassette « From the Muddy Banks of the Wishkah » de Nirvana. C’est un live sorti en 96. J’avais 13 ans. Les cassettes étaient moins chères…

Ouais, y avait les magasines aussi ? J’achetais Punk Rock mag, un truc du genre

Bob Marley, c’est mon meilleur ami, Jonkette, qui m’avait prêté l’album « Catch a Fire ». Il me semble d’ailleurs que je ne lui ai jamais rendu…

J’ai carroté plein de magazines au bureau de tabac, c’était que des Mag sur Nirvana avec principalement des posters que je placardais dans ma chambre (sourire).

Plus tard, mon cousin me faisait tourner des « mags » de reggae, Natty Dread et Riddim Magazine, il y avait des mixtapes de raggae, ragga dedans c’est là que j’ai découvert les multicultures jamaïcaines

Ah ouais, et de là t’as accroché à fond quoi ?

Ouais j’ai bien accroché, d’ailleurs c’est à peu prês à cette époque que j’ai fait mes premiers concerts.

J’avais 16 ans il me semble. C’était Max Romeo à la salle Léon Curral à Sallanches. Super chanteur jamaïcain …

J’ai découvert aussi le reggae français avec Pierpoljack, Tryo, Sinsémillia de Grenoble et bien sur Raggasonic….. avant ça pour moi le reggae français je ne connaissais pas trop… Faut dire fallait pas trop compter sur les radios pour passer de la Black Music à cette époque.

Pourtant, Pierpoljak il a été bien médiatisé, il avait fait un tub commercial là

Ouais et t’avais aussi tonton David qui avait fait un tube commercial avant lui, Big Man Tonton. C’est de 1991. T’écouteras, c’est terrible.

Ah connais pas… et alors pourquoi t’as plus accroché sur le Reggae-Ragga, que le rap ou le grunge ?

J’ai écouté beaucoup de rap français en parallèle du reggae mais j’ai jamais autant accroché parce que pour moi il y a trop de négativité en général dans le rap… mais en fait quand tu traduis les chansons de reggae c’est un peu pareil, sauf que dans le reggae on te chante ça en dansant et avec le sourire.

Ah ouais je vois, clairement c’est moins rentre-dedans… après Bob Marley c’est un hymne à la résistance anti-coloniale…D’ailleurs, qui dit reggae, dit en partie culture skin, Oi ?

Je me suis intéressé à cette culture bien plus tard, en découvrant des groupe anglais comme The Who, The Clash, The Rolling Stones… et bien sûr, tous les jamaïcains qui enregistraient chez Trojans records : Desmond Dekker, Alton Ellis, Ken Boothe, Dandy Livigstone…. Tous ces artistes sont vraiment des grands artisans de la musique anglaise.

Et c’est un peu de tout ça qu’est née le mouvement skinhead, le mariage de la « working class » et de l’immigration jamaïcaine… Dommage que le mouvement se soit politisé au début des années 1980.

En parlant de cette époque c’est à-peu-près à cette époque qu’est apparu le dub en Angleterre, il y avait déjà Lee Perry qui était en Angleterre depuis quelques années mais c’est surtout Mad Professeur qui a perfectionné le truc en faisant du dub une musique plus digital. Et puis aussi le Steppa…

Ouais évidemment… quand tu dis « politisé » tu parles de la tendance néonazie qui s’est formée dans le mouvement skin par la suite ?

Oui c’est ça, quelle tristesse. Toutes ces personnes qui écoutent du skinhead fasciste ne savent peut être pas que ce mouvement est né sur un mélange de culture, c’est ça qui m’attriste le plus !

Ah oui, cela est évident même ! C’est un peu le but du fascisme tu m’diras : détruire la culture qui se fait forcément dans le métissage…

Et alors parle nous un peu de Reverse Side Sound System : comment ça se passe ? Ça fait combien de temps que tu es dedans et comment tu t’organises ? 

Début des années 2000, j’vais chez un ami qui s’appelle Cyril et il me dit « mon petit frère a fini ses études à Grenoble et il revient dans le coin, il est Sélecta et il a une résidence à l’atelier (bar-pub) de Saint-Gervais ». Du coup on y va et on passe une bête de soirée à regarder Jahail’s enchaîner les riddims [partie instrumentale d’une chanson reggae – ndr] et Soul Docteur à animer au Mic, c’était terrible ! Ils avaient une sono, un set de dj et plein de skeuds [disques – ndr]

Tous les week-ends, on les suivait pour aller danser toute la nuit, c’était super ambiance, on se transpirait dessus c’était bien serré tellement que c’était full !

Du coup au bout d’un ou deux ans, toujours avec mon ami Cyril, on décide de monter une association qui s’appellera Riv’Art et qui avait pour but de promotionner le Riva Hifi, le Sound System dont je te parle. A partir de là, on a commencé à organiser quelques soirées, en invitant des chanteurs et en se faisant inviter aussi.

Début 2006, on fait un gros concert au palais des sports de Megève avec comme tête d’affiche Papet J du Massilia Sound System, groupe de reggae français qui joue depuis 1983. À la fin de ce concert, je décide de quitter l’association pour différentes raisons et surtout pour d’autres activités.

Début 2010, un ami de longue date qui s’appelle Mineral K, et qui était devenu le sélecta du Riva Hifi au milieu des années 2000, me contacte pour savoir si je veux participer au financement de son album produit et mixé dans son studio. Entre temps, le Sound a changé de nom et s’appelle dorénavant le Reverse Side… j’accepte volontiers et du coup on recommence à traîner ensemble

On récupère des caissons de Riva Hifi et on se refait une sono. On fait quelques soirées avec, et on insonorise quelques manifestations…

Ensuite Mineral se met en quête de plan pour construire nous même une plus grosse sono. Du coup on squatte un atelier de menuiserie et on taille du caisson.

En parallèle je m’achète des platines et je m’entraîne à passer des disques. C’est comme ça que petit à petit je suis devenu DJ Selecta, depuis que je connais Jahail’s et Doki, j’ai toujours rêvé de passer des disques à leurs côtés. Ça a mis le temps mais j’y suis arrivé (sourire).

Et du coup tu vois comment l’évolution actuelle de la scène dub, ragga-raggae ?

Plutôt d’un bon œil, tant que les artistes reggae continuent de se faire produire par des labels indépendants..

Pour les nouveaux projets qui concernent le crew, Mineral produit un album pour un Big artiste français… ça devrait pas tarder à sortir, on a des skeuds Reverse Side qui vont peut être pas tarder à sortir aussi… bref ça se bouge beaucoup en soum-soum [souterrain – ndr]. Sinon on va reconstruire une petite sono pour jouer dans les bars.

Et pour la fin, question difficile : tu pourrais dire tes trois titres préférés et pourquoi ?

Dandy Livigstone, « Message to you Rudy », parce que c’est un classique de la musique skin !

 

 

Massilia Sound System, « Mais qu’elle est bleue », parce que c’est MARSEILLE !

 

 

Tonton David, « Peuples du Monde », parce que tout est dit dans le titre !

 

 

Ben super, un grand merci à toi pour ce beau tour d’horizon et une belle réussite à Reverse Side. Vive la musique métissée et populaire ! Si  tu as des remerciements à faire, c’est maintenant !

Un grand merci à toute l’équipe Arve à Gauche, à Gilles et Dav les fondateurs du sound system, Mineral K pour son engagement sans précédent et ça grande patience vis-à-vis de moi (sourire). Un big up à tout le crew de PVS.

Big up à tous les gens qui nous soutiennent : Cyril, les box man Teddy, Maé , Karl , Moustache…. Les nouveaux sélecta Coco et Mat ; gros Big up à mon Tom de Savoie, à Igor pour l’atelier et le camion, pareil pour Neck, à Renaud, aux Rootical Soldier avec qui on partage la dance depuis un petit moment déjà, à tous les festivals et les salles qui nous ont accueilli, les Dubalist, Nahaka , Holy Sound , Green Dubz, Joko Sound, Radikal Vibration, Jah Mean, Pape, Papy Rasta, Foth, Unik Family, Mc Roy, Blaise, Royal Keep…

Bref j’en oublie plein mais ils sont tous dans mon cœur !

Une réponse à « Portrait : Inch, DJ de Reverse Side Sound System. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.