L’abattage des bisons de Megève, une morale morbide


Ecologie / dimanche, juillet 21st, 2019

Vendredi matin, un troupeau de bisons qui s’était échappé de son lieu d’élevage et de mise à mort a été abattu. Cela fait grand bruit et ça se comprend puisque chacun peut sentir que quelque chose cloche.

La presse locale a beaucoup parlé de la mise en place de l’abattage, mettant notamment en avant les arguments de la préfecture sur un prétendu danger immédiat et une impossibilité de les endormir, car trop cher et trop long.

Il y a de nombreuses manières de gérer ce genre de situation sans être aussi brutal, mais les autorités ne sont même plus capables de gérer correctement des êtres vivants. Elles prennent pourtant tellement de précaution pour gérer les marchandises…

Le préfet Lambert a dit qu’il s’agissait d’une « situation de danger engendrée par la présence de ces animaux sauvages ». Parler d’animaux sauvages dans ce cas de figure est un scandale. Le destin de ces bisons étaient déjà de terminer à l’abattoir pour figurer sur la carte du restaurant de leur éleveur.

La philosophie du restaurant ( « Domaine de la Sasse ») est d’ailleurs réactionnaire, avec un culte du terroir et d’un mode de vie ancien « contre le monde moderne ». Au cœur d’un des lieux de villégiature privilégié de la bourgeoisie française, un restaurant se la joue « anti-moderne »  en élevant des bisons pour en faire de la viande…

Voilà où nous en sommes ! Une gestion chaotique d’animaux déjà destinés à l’abattoir et qui finissent finalement abattus dans la froideur d’un arrêté préfectoral, au plus vite, au plus efficace.

C’est cette morale, cette vision du monde que nous rejetons totalement. Il nous faut une gestion sérieuse et digne de la vie au poste de commande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.