L’hypocrisie de Jean-Marc Peillex à propos du Mont-Blanc


Ecologie, Politique / mardi, septembre 24th, 2019

Depuis plusieurs années, les comportements délirants et insouciants sur le Mont-Blanc ne font que progresser. Le cabinet du président de la République a d’ailleurs répondu à la lettre du maire de Saint-Gervais, Jean-Marx Peillex, demandant une action rapide en la matière.

Le 18 juin 2019, c’est un petit avion privé qui s’est posé en toute liberté sur le Mont-Blanc, puis à la fin du mois d’août  c’est un ancien militaire anglais qui a voulu prouver sa virilité en montant avec son rameur.

Il y a donc ces comportements stupides, absurdes, tellement dérisoires que l’ambassade de Grande-Bretagne est contrainte d’excuser l’immaturité de son ressortissant…

Mais il y a d’autres attitudes bien plus irresponsables, comme ce père de famille qui pensait monter à plus de 4 000 mètres d’altitude avec son fils de 10 ans ou encore un touriste qui a gravi le sommet du massif accompagné de son chien, malheureusement redescendu avec les pates ensanglantées.

Ces petits comportements égoïstes sont le symptôme d’un massif montagneux miné par la surfréquentation et l’image publicitaire façon « instagram ».

En août 2018, Jean-Marx Peillex s’était déjà fait remarqué dans un « coup de gueule » où il affirmait :

« Ce Mont-Blanc est utilisé à toutes les sauces pour faire de la publicité, pour gagner de l’argent, pour faire briller. Et ça, c’est quelque chose qui est devenu intolérable ».

Mais Jean-Marc Peillex s’écoute t-il parler ou est-il réellement sincère dans sa démarche ? Forcément, Monsieur Peillex est, comme tout le monde, scandalisé par ces comportements absurdes de même qu’il est bien  obligé de se positionner en tant que maire d’une commune qui abrite une partie du Mont-Blanc.

Mais cela s’arrête bien là. Monsieur Peillex est à la tête de Saint-Gervais depuis plus d’une décennie. Avec une formation d’avocat et en tant qu’ancien administrateur immobilier, sa mentalité est pétrie dans le capitalisme, la marchandise, le libéralisme.

Il n’y a qu’à voir l’instagram de la commune qui est bien justement une utilisation de la nature et du Mont-Blanc « pour faire briller » !

La commune de Saint-Gervais-Mont-Blanc s’affiche jusque dans le métro parisien

Or, depuis toute cette décennie, Monsieur Peillex a modernisé le petit village pour en faire un lieu touristique. Cette modernisation est d’ailleurs passée, entre autres choses, par une bataille contre Chamonix pour obtenir la mention « Mont-Blanc » accolée au nom de la commune.

« Saint-Gervais Mont-Blanc » n’est qu’une marque des thermes du Fayet gérés par le monopole l’Oréal, et dont « le maire salue cette volonté de dynamiser une marque locale et de développer la visibilité de la station, qui accueille chaque année des dizaines de milliers de touristes » (Le Figaro, 2016).

Jean-Marx Peillex (gauche), Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal et Yu Haoming, ambassadeur de la marque Saint-Gervais Mont-Blanc sur le marché chinois

La racine profonde des absurdités sur le Mont-Blanc, c’est le libéralisme fondé sur le « chacun fait ce qu’il veut ». Et cela n’est que la conséquence d’une société basé sur le règne de la marchandise.

Jean-Marx Peillex peut bien donner une interview à la chaine fun « Kombini », il n’en reste pas moins vrai qu’il est incapable de combattre  tout cela car il est un notable de droite bien inséré dans la marche du business.

Finalement, la polémique autour du massif du Mont-Blanc n’est qu’un prétexte pour que tout, c’est-à-dire l’économie touristique, puisse continuer comme avant sans grande remise en question…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.