Zoom sur le bénévolat à la SPA de Cluses


Ecologie / vendredi, octobre 4th, 2019

Ce week-end, le refuge SPA de la vallée de la blanche à Cluses organise ses portes ouvertes. Une occasion pour interroger une de ses bénévoles, afin de mieux comprendre le rôle crucial que rempli ce refuge pour les animaux qui subissent, comme les humains, la violence de cette société.


Salut, peux-tu te présenter ? Depuis combien de temps es-tu bénévole à la SPA ? La SPA de Cluses, concrètement c’est quoi  ?

Je m’appelle M, j’ai 26 ans. Je suis ouvrière à Sallanches, ville où j’habite également. Je suis bénévole à la SPA de Cluses depuis mars 2019.

La SPA est présente à Cluses depuis 1992. Initialement les locaux dans le centre ville ne permettaient d’accueillir que des chats. C’est en grande partie grâce au leg d’une dame du bassin clusien que la construction du nouveau refuge, au 280 rue la garette, a pu voir le jour. Désormais doté d’un chenil avec des box chauffés et de 4 chatteries climatisées, ce sont des centaines de chiens, chats, rongeurs et oiseaux qui sont accueillis au cours de l’année.

La SPA étant une association, elle est financée surtout par les legs et donation (environ 1/3), par les dons directement en refuges ainsi que pas les frais d’adoptions qui sont demandés aux futures familles.

Sinon, il y a aussi des collectes qui sont organisées dans les supermarchés, ce sont des journées importantes en terme de dons de nourriture, litière, etc… D’ailleurs la prochaine a lieu vendredi 4 et samedi 5 octobre à Veigy-Foncennex au magasin BI1.

Nous sommes une trentaine de bénévoles grosso modo, mais il m’est difficile de savoir le nombre exact car certains exercent leur mission en dehors du refuge, comme les enquêtes sur les cas de maltraitances qui nous sont signalés. Il y a également 4 salariées a temps plein.

Comment en es-tu venue à t’impliquer à la SPA ?

J’ai toujours aimé les animaux et j’avais moi-même adopté mon précédent chat dans un refuge. Là-bas j’avais constaté que, malgré toute la bonne volonté des bénévoles, on est jamais assez nombreux pour faire face à la détresse de ces animaux.

Les animaux sont des membres de la famille et ceux qui ont été abandonnés par la leur ont besoin de nous pour en trouver une nouvelle qui saura répondre à leurs besoins. Je pense que c’est une question de responsabilité collective.

Du coup, concrètement, c’est quoi l’activité d’une bénévole SPA ?

Il y a plein de mission à la SPA donc plusieurs manières d’être bénévole.

Bien sûr il y a la présence au refuge, soit le matin pour l’entretien des locaux et les soins, soit l’après-midi où là c’est plus la sociabilisation avec les animaux qui est demandée, donc caresses, jeux et ballades.

L’après-midi c’est aussi le moment où le refuge est ouvert au public donc les bénévoles peuvent aussi accompagner les futurs adoptants pour faire connaissance avec les animaux.

animaux qui attendent une famille d’adoption

Sinon, il y a les bénévoles-enquêteurs qui eux se déplacent dans les endroits où des cas de maltraitance ont été signalés. Ils peuvent aussi faire du suivi d’adoption, faire une visite pour voir si tout va bien.

On peut aussi être bénévole en étant famille d’accueil, en allant ponctuellement faire des collectes ou en aidant sur des événements. Il y a aussi le club jeune qui vient d’ouvrir à cluses donc des bénévoles sont animatrices et coordinatrices de ces activités.

Et est-ce que tu pourrais nous parler un peu de comment se passe les abandons d’animaux ? Comment vous gérez cela ?

Les abandons… c’est toujours compliqué, surtout émotionnellement.

On demande les antécédents de l’animal, s’il a des problèmes de santé, son comportement vis-à-vis des autres animaux et des humains. Les conditions dans lesquelles ils vivaient. S’il y a des particularités à connaître. On demande les raisons de l’abandon, puis on demande si la personne veut faire un don à la SPA

En général, cela va assez vite, pendant qu’une personne fini les papiers, une autre récupère l’animal et on l’installe. Quand ce sont des lapins ou rongeurs, en général, les gens nous laissent leur cage.

C’est très difficile de gérer les animaux dans les jours suivant leur abandon. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont là, ils ne connaissent personnes et sont tristes. Parfois cela se traduit par de l’agressivité.

Il faut prendre le temps de tisser un rapport de confiance, en général les choses finissent par plutôt bien se passer. Mais c’est certains qu’entendre un chien pleurer et chercher son maître sans relâche pendant des semaines, ça brise le cœur…

Et pour finir, est-ce que tu es impliquée dans d’autres formes d’engagement pour les animaux ?

Je participe aux différents mouvements de défense du vivant, comme par exemple la zone humide de Sallanches, car ces espaces naturels sont des lieux qui grouillent de vie animale comme végétale. C’est pour cela que les espaces de nature doivent être préservés, voir même étendus à la place du béton (rire)

Autrement, j’étais végétarienne depuis 3 ans et la suite logique de cet engagement pour les animaux m’a conduite à devenir vegan depuis le début de l’année.

Je pense que les animaux ont le droit de vivre pour eux même sans être considérés comme des marchandises. Je sais qu’être vegan ne va pas bouleverser leur situation mais je pense que c’est une valeur importante dans la lutte pour le respect de leurs conditions de vie. On ne mange pas ceux que l’on aime ! (rire)

Une réponse à « Zoom sur le bénévolat à la SPA de Cluses »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.