Le projet Forêt vivante


Ecologie / mardi, novembre 5th, 2019

Avec la sixième extinction de masse en cours, une grande bataille démocratique et populaire naît progressivement pour la protection et la réparation du vivant. Les projets de rachat de forêt, comme celui dans le Vercors par l’ASPAS – Association pour la protection des animaux sauvages ou à Thônes par Forêt Vivante, en sont des expressions.

Cette bataille pour la protection de la vie sauvage entre en confrontation avec trois obstacles : l’étalement urbain qui détruit les habitats écologiques, l’usage massif de pesticides et les pratiques de chasse et de pêche (deuxième cause de disparition des animaux sauvages pour l’ONG Panthera).

Bref, c’est une bataille démocratique qui s’oppose tant au capitalisme qu’au reste de vieilles traditions. Ainsi, Forêt Vivante représente en Haute-Savoie une population qui tente de trouver, comme elle le peut, des solutions pour protéger la dignité existante de la nature.

>> Voir aussi : La chasse, cette pratique insoutenable

En effet, on apprend dans une interview au journal l’Essor Savoyard que l’idée de l’association « est venue il y a un an, à l’été 2018, lorsqu’un vététiste a été tué accidentellement par un chasseur, à Montriond (Haute-Savoie). Avec cette question : est-il possible de « sanctuariser » davantage d’espaces naturels, et les rendre aux promeneurs plutôt qu’aux chasseurs, et éviter ces drames ? ».

www.foretvivante.org

Ce type d’initiative issue de la société civile comporte donc un élément positif et authentiquement écologique.

Cependant, on peut se demander comment l’association va fonctionner alors que des « sociétaires » vont pouvoir « acheter des parts du groupement » dans la perspective de « proposer à terme du bois local et « éthique » pour les particuliers et les professionnels locaux ». N’y a t-il pas le risque, à terme, d’attirer des personnes souhaitant investir un capital plutôt que de préserver la nature ?

Pourquoi ne pas tout simplement sanctuariser totalement cet espace de forêt dans une unique but pédagogique et éducatif, comme le projet Vercors Vie Sauvage de l’Aspas ?

>> Voir aussi : Victoire démocratique contre l’arrêté sur les tirs d’été !

Malgré tout, ce projet cherche à construire une solution pour préserver la vie sauvage qui peuple la forêt et on ne peut que souligner cet aspect central positif.

Il est certain que ce type de projet démontre le besoin démocratique et populaire d’une grande politique national d’État en faveur de la sanctuarisation des espaces naturels pour préserver et réparer les écosystèmes et la vie détruite.

Vous pouvez consulter la cagnotte participative et le projet Forêt Vivante ici :

https://www.helloasso.com/associations/foret%20vivante/collectes/achat-collectif-de-forets-a-thones?fbclid=IwAR2J3CkZwQcyuvzCrh9P1p7LwEBn00aSutCqty9ZhYswfaBVuyItzwJDrNE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.