Le 20h, la grève et les « sports d’hiver »


Politique / mardi, décembre 17th, 2019

Les quelques flocons tombés dernièrement rassurent les stations de ski pour accueillir la première vague de clients des « sports d’hiver ». Si le réchauffement climatique est le cadet des soucis de cette industrie, la grève dans les transports lui en pose un de taille ! Le message passé au journal TV de France 2 ce dimanche 15 décembre pouvait se comprendre comme tel : « Il y a [un peu] de neige, misère à ceux qui veulent nous empêcher de réaliser nos profits ! »

« Cette période de fêtes de famille […] pourrait être bouleversée par le mouvement dans les transports, et notamment les trains. Pour les stations en montagne, l’accès est le sésame pour les vacances qui s’annoncent »

Tels furent les propos du présentateur Laurent Delahousse au journal du 20h de France2 ce dimanche 15 décembre. S’en est suivi un plan sur un journaliste à Moutiers, dans la vallée de la Tarentaise en Savoie, parlant du manque de trains pour la période à venir.

Puis un reportage à La Plagne montrait le travail de sécurisation des pistes, se terminant par une publicité à peine cachée : « tout pour pouvoir profiter en toute sécurité, sous le soleil, d’une couche de poudreuse exceptionnelle pour ce début de saison ».

>> Voir aussi : l’aménagement des pistes de ski, un écocide de plus

Au début des années 2000, ce relais médiatique des intérêts de la bourgeoisie était vu comme un grotesque marronnier pour la majorité des montagnards. Aujourd’hui, cela est d’autant plus révoltant que le journal TV s’est poursuivi par l’annonce de « l’échec » de la COP25.

Cette COP25 n’est d’ailleurs même pas à proprement parler un échec. C’est bien plutôt une putréfaction des institutions, avec une absence de ministres français et les multiples déplacement de la conférence à la suite du refus du président fasciste Jair Bolsonaro au Brésil et de la vague de protestation (durement réprimée) au Chili.

C’est dire comment la classe dominante nous mène dans sa fuite en avant, dans un monde toujours plus chaotique, tout en prétendant assurer « le coup ».

Sereine et assurée d’un prestige qu’elle pense infaillible, la bourgeoisie ose même demander l’arrêt de la grève, tout cela pour que l’industrie touristique puisse engranger ses profits car, tout de même, la neige est là ! Quelle arrogance !

D’autant plus que le discours triomphant sur la neige est bien dérisoire, pour ne pas dire risible au regard de la vague de foehn attendue cette semaine entraînant un redoux prononcé. A Chamonix, il fera entre 9° et 13° toute la semaine, avec un isotherme 0° à plus de 2 000m.

L’industrie du ski qui vit essentiellement d’une clientèle minoritaire assura les conditions « de glisse » à coup de canons à neige et de travaux de terrassement destructeurs au mépris de la brutale accélération du réchauffement climatique dans les Alpes.

>> Voir aussi : les canons à neige, un symbole de la mentalité bourgeoisie

Entre le fiasco de la COP25 et l’ordre de stopper la grève sur fond de réchauffement climatique et de déstabilisation mondiale, le ton de l’actualité est le filigrane de la lutte des classes.

Le ton cynique et la mentalité grossière de la bourgeoisie va se heurter, tôt ou tard, à la révolte des bases populaires visant à diriger la société. Une société qui sera démocratique et protectrice de la biosphère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.