Connaître et étudier Vladimir Vernadsky, un devoir écologiste !


Ecologie / mercredi, janvier 29th, 2020

Né en 1863 à Saint-Pétersbourg et mort en 1945 à Moscou, Vladimir Vernadsky (ou Vernadski selon l’orthographe) est un monument intellectuel en ce qui concerne l’écologie.

Son texte « l’autotrophie de l’Humanité », disponible à la fin de cet article, devrait être étudié par toutes les personnes soucieuses d’une issue positive face la destruction de la biosphère.

Vladimir Vernadsky fut à la fois un minéralogiste et un géochimiste. Il a fréquenté les plus grands scientifiques de son époque, comme le spécialiste italien des cristaux M. Scacchi ou la française Marie Curie.

En 1925, il rédige une de ses oeuvres majeures, La Biosphère. A partie de 1926, il devient une figure émérite de l’URSS, à la tête de multiples instituts et commissions scientifiques, comme par exemple la commission polaire chargée d’étudier le permafrost. Dans les années 1930, il est une figure scientifique reconnue à l’internationale.

Dans « L’autotrophie de l’Humanité » , il présente sous la forme de thèses synthétiques ses principales conclusions, anticipant les enjeux cruciaux de notre XXIe siècle. Il pense alors qu’en tant qu’espèce sociale qui a un « entendement » (la science), l’être humain modifie toujours plus son environnement.

De part cette capacité, la collectivité humaine tend vers une utilisation sophistiquée de l’énergie naturelle (soleil, océans, atomes) pour devenir une branche de la vie capable de synthétiser son alimentation sans passer par d’autres êtres et d’autres plantes vivantes. L’être humain deviendrait autotrophe.

Voici le texte en version html ou pdf

2 réponses à « Connaître et étudier Vladimir Vernadsky, un devoir écologiste ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.