La Roche-sur-Foron : la « classe défense », une éducation à la guerre


Politique / mardi, février 4th, 2020

Dans les années 1990-2010, on rencontrait l’armée avec la « Journée d’Appel à la Défense », ce rituel ridicule sans intérêt. Pour les générations nés avec la suspension du service militaire obligatoire en 1996, le monde semblait se tourner vers la paix.

Mais c’était sans compter sur la concurrence économique qui enfante par nature des tensions entre superpuissances, allant parfois jusqu’au conflit généralisé. Par conséquent, en parallèle de la hausse des dépenses militaires, l’armée cherche à reprendre le contrôle de la jeunesse.

En septembre 2011, le collège « Les Allobroges » à La Roche-sur-Foron a lancé une option « Classe défense et sécurité globale » pour les élèves volontaires de 3e. Cette classe est jumelée avec la 1e compagnie de combat « Glières » du 27e BCA d’Annecy.

Depuis la rentrée 2013, on compte deux nouvelles « classe défense » dans l’académie de Grenoble pour environ 70 sections au niveau national.

Bien sûr, les intérêts de l’armée ne se montrent jamais au grand jour. On n’apprend pas aux enfants la discipline militaire en vue de la guerre, mais pour « l’engagement citoyen » portée vers « une réflexion lucide sur la défense et la sécurité de notre pays ».

Ce discours est de la pure démagogie dont les militaires maîtrisent bien l’art. On pourra dire ce que l’on veut sur les « valeurs » de l’ « armée » : l’égalité reste un artifice de l’uniforme car dans la vie quotidienne, la violence, l’injustice et les inégalités restent de mise dans la société.

Mais pour l’armée, ce qui compte, ce ne sont pas les situations réelles, mais les situations telles qu’elles sont vécues. En clair : ce qui compte c’est de se croire égaux, unis et au service de la « France ».

Malheureusement, la Gauche ne sait que trop bien comment cette démagogie fonctionne et a fonctionné dans l’Histoire. En avril 2019, Léane Debize, représentait la « classe défense » de la Roche-sur-Foron aux cérémonies du 75e  anniversaire des combats des Glières. Elle a déclaré :

« Ce genre de cérémonie est très important parce que cela permet de renforcer l’unité française dans le contexte actuel et de maintenir la mémoire historique de notre pays »

Ces paroles sont pleine de sincérité ! Il est évident que les divisions racistes et communautaires sont insupportables et que la patrimoine historique national doit être protégé.

Mais tout cela, ce n’est pas le but de l’armée mais celui de la Gauche ! La jeunesse doit s’unir dans la tolérance et la compassion, comme par exemple avec le club-jeune de la SPA ou la défense de la planète mais pas en faisant des roulades militaires.

La supercherie de l’armée est encore plus visible avec la visite mardi 28 janvier dernier, d’André Laperle, un ancien combattant dans les parachutistes de 90 ans ayant combattu dans les odieuses guerres coloniales d’Indochine et de Madagascar.

L’armée anesthésie la conscience démocratique de la jeunesse car elle met en avant un nationalisme galvanisant et unificateur. Ce mythe va d’ailleurs se renforcer avec le Service National Universel obligatoire en 2021.

La Gauche doit mettre un holà à cet élan vers la guerre, en brandissant le pacifisme et l’unité des peuples contre une future barbarie.

4 réponses à « La Roche-sur-Foron : la « classe défense », une éducation à la guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.