Où est passé l’hiver ?


Ecologie / lundi, février 3rd, 2020

Le réchauffement climatique montre de plus en plus ses effets concrets. On sait que la température mondiale a augmenté en moyenne de + 1°c depuis l’ère pré-industrielle.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que le réchauffement est plus rapide dans les massifs alpins, avec en moyenne une anomalie d’environ 2 à + 3°c par rapport aux normales saisonnières.

Il semblerait que les années 2020 s’annonce comme un grand accélérateur de cette tendance si l’on se tient à ce premier hiver de la décennie. Selon l’OMM (organisation météorologique mondiale), les cinq années de 2015 à 2020 ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

Or, Météo France vient d’annoncer que les mois de décembre 2019 et janvier 2020 ont été les plus chauds jamais enregistrés. Les températures ont excédés de + 2,3°c par rapport aux normales, avec un moyenne à 5,3°c à Chamonix. C’est même l’hiver le plus chaud jamais enregistré dans la ville depuis 1881.

S’ajoute à ces records de températures positives, un autre record historique quant à aux températures négatives. Le prévisionniste météo François Jobard a révélé qu’il n’a jamais fait aussi peu froid à Chamonix qu’entre le 1er octobre 2019 et le 31 janvier 2020.

Entre 1981 et 2010, il y a eu en moyenne 19 jours à – 10°c. Déjà depuis 2011, le thermomètre n’est jamais passé en-dessous de cette température. Les records historiques sont l’hiver 1995-1996 avec seulement quatre journées à – 10°c et l’hiver 1962-1963 avec 42 journées au-delà de cette température.

>> voir aussi : le dérèglement climatique s’intensifie dans les Alpes

Or, pour la période 2020, c’est pire puisqu’il n’y a eu strictement aucune journée où il fait cette température. Il est donc évident que la tendance est au réchauffement, avec un emballement qui s’annonce plus que probable.

D’ailleurs, cet « emballement » se vérifie également par l’effet de « chaos climatique » qu’entraîne le réchauffement global des Alpes. Tout le monde a pu remarquer le très faible enneigement de cette année

On a ainsi connu une stabilité anticyclonique entre fin décembre et jusqu’à la mi janvier environ, entraînant des fortes inversions de températures et l’effet couvercle de pollution dans la vallée.

A Chamonix, il y a toujours des journées égale ou supérieure à -10°c, sauf pour 2020

Puis, « l’hiver » s’est installé quelques jours avec des chutes de neige vers 800 mètres d’altitude. Mais voilà que depuis le 31 janvier, les perturbations pluvieuses sont revenues avec une limite neige remontant jusqu’à 2 500 mètres avec une atmosphère « printanière » (il a fait + 8°c à Chamonix, ou encore + 15°c à Marignier !).

Avec ses premiers mois de l’hiver 2020, on voit que la tendance principale qu’est le réchauffement climatique s’accompagne d’un dérèglement avec des oscillations du climat qui sont chaotiques, extrêmes et rapprochés dans le temps.

Face à cet enjeu capital de notre époque, il est plus que temps qu’un mouvement populaire émerge pour prendre à bras le corps cette question.

2 réponses à « Où est passé l’hiver ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.