8 mars : Savoir dire non


Culture, Vie quotidienne / dimanche, mars 8th, 2020

Souvent conséquence de la fin brutale d’une relation amoureuse, les violences conjugales sont la face émergée d’une société rongées par des comportements violents et rétrogrades.

Le morceau de rap « savoir dire non » par K-Reen et Shurik’n (du groupe IAM) est ici d’une grande valeur pour qui s’intéresse à un féminisme au cœur des classes populaires.

Il restitue de manière réaliste cette question de la tristesse et de la misère dans une relation qui ne parvient pas à se terminer, et court le risque d’une issue dramatique par l’arbitraire masculin. Le passage de Shurik’n permet de comprendre comment les hommes délaissent leur sensibilité face aux vices de la société.

Issu de la bande son du film ayant marqué toute sa génération « Ma cité va craquer » (Jean-François Richet, 1997), mixée et produite par « Why Not Productions / Actes Prolétariens », ce morceau illustre une des meilleures compilations du rap français, témoin de son âge d’or.

[Refrain x2 : K-Reen]
Tant de remises en question pour de vains espoirs de femme
Moi je me tire de là, je ne verserai pas une larme

[Couplet 1 : K-Reen]
Reste poli, je n’suis pas ton territoire
Quand tu as tes crises de comédie, j’ai peur de ne plus m’émouvoir
Tu as bien failli faire de moi ta femme esclave
Mais au fond de moi je n’ai jamais admis que ton esprit se délasse
Trop de palabres, trop de lavage de cerveau pour penser de moi-même
J’ai pris des gants pour tout et pour chaque dilemme
Oh non j’ai plus le temps de faire de magie pour te plaire
J’étais sincère mais toi et ta jalousie m’avez mis aux fers

[Refrain x2 : K-Reen]
Tant de remises en question pour de vains espoirs de femme
Moi je me tire de là, je ne verserai pas une larme

[Couplet 2 : K-Reen]
Stop cette folie sur la suprématie de l’homme
Le clivage nous a fait ennemis, je jette ma bague sans remord
Finies les insomnies au bord des larmes de désespoir
Lorsque la méfiance barre la route à l’harmonie, vaut mieux laisser choir
Faut savoir dire non, tout ça doit finir
Tout ce qui est refoulé doit ressortir
Faut savoir dire non, tout ça doit finir
Tout ce qui est refoulé doit ressortir


[Couplet 3 : Shurik’n]
Tu veux de l’amour bébé ? Y’a pas de temps
Les jeux d’argent pousse les gens comme nous à gommer les sentiments
Depuis longtemps l’heure tourne, on ne peut pas se laisser distancer
Filer avec le vent de l’oiseau pour pas se faire séquestrer
La chasse s’ouvre toute la nuit, on ouvre des caisses toute la nuit
Les bleus sortent leurs fusils c’est nous les perdrix
Perdre ici bas de précieuses secondes à chercher la bombe
Ça hante pas nos songes et puis beaucoup trouvent d’abord la tombe
Je songe à des plombes qu’on a pas arraché pour une pépée
Tenter de charmer, stresser, presser, par la pression
On peut t’siffler une Heineken sur un comptoir noir, les poules sont rentrées
Tu veux de l’amour bébé ? Sors ta carte et vois mon objet

[Refrain x2 : K-Reen]
Tant de remises en question pour de vains espoirs de femme
Moi je me tire de là, je ne verserai pas une larme

[Outro x2 : K-Reen]
Faut savoir dire non, tout ça doit finir
Tout ce qui est refoulé doit ressortir

Une réponse à « 8 mars : Savoir dire non »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.