Coronavirus : l’esprit collectiviste doit primer


Vie quotidienne / dimanche, mars 15th, 2020

La majorité des français approuvent les mesures de fermetures des établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre. C’est une bonne chose mais on constate dans le même temps un clivage dans la société : une moitié relativise, l’autre moitié prend la mesure du risque.

Avec le bouleversement du quotidien provoqué par le Covid-19, chacun prend conscience que l’on vit dans une société instable et susceptible d’être fragilisée. Face à cette crise, il y a des esprits conservateurs contaminés par la monotonie et la passivité du quotidien qui s’en trouvent offusqués.

Ce sont des personnes que l’on entend beaucoup car l’agitation des uns fait toujours plus de bruit que l’esprit fondé sur la raison et le calme des autres. Les esprits relativistes conservateurs forment même, heureusement sans le vouloir, un obstacle à l’auto-organisation de la collectivité.

Le réel est pourtant là : une pandémie virale touche le monde entier et son épicentre est dorénavant l’Europe. Les scientifiques cherchent à comprendre l’évolution et les caractéristiques du virus mais cela reste encore assez flou.

Il faut donc se préparer à ce que cette crise sanitaire s’étende dans le temps. Les esprits rationnels et tournés vers la collectivité sont l’âme de la société. On le voit par exemple avec les femmes qui proposent de garder des enfants, notamment des personnels soignants.

L’état d’esprit collectif porté par les femmes du peuple est salutaire alors même que l’État décrète la fermeture d’établissements scolaires sans planifier la prise en charge des enfants. Voilà ce qu’il faut suivre comme exemple : l’attitude calme et posée des femmes organisant la solidarité.

Car certains se plaignent d’un État soi-disant « sécuritaire ». Mais c’est faux, l’État ferme des établissements, sans rien organiser. Il y a un décalage entre la société, les besoins populaires, et les mesures promues par l’État.

Au même titre que les établissements scolaires ferment, les activités sportives s’arrêtent, des événements en tout genre sont annulés, mais les élections municipales sont maintenues et des entreprises pas fondamentales pour la vie continuent de tourner.

Face à ces contradictions, on a le collectif Inter-Hopitaux, entre autres à l’origine des luttes du personnel de santé pour une augmentation des moyens, qui est forcé de lancer le « challenge » #Restecheztoi sur Twitter.

Il y a donc une partie de la société, notamment les femmes, qui s’organisent pour imposer un discipline tournée la collectivité. Cet élan collectif de la part de ces secteurs de la société révèle que c’est bien les bases populaires qui assument l’organisation de la vie quotidienne. Ce sont elles qui à l’avenir doivent administrer la société toute entière, diriger l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.