Et maintenant, organisons la solidarité collective


Vie quotidienne / mercredi, mars 18th, 2020

Lorsqu’une crise profonde intervient comme actuellement avec le coronavirus, l’espoir provient de la capacité d’organisation des bases populaires.

La première des choses à faire lorsqu’on bénéficie du chômage partiel c’est : rester chez soi. Sinon, organisez-vous avec vos collègues pour demander que cette mesure soit appliquée par votre employeur (secteur non indispensable)

Sans symptômes graves (grosse fièvre et insuffisance respiratoire), contactez seulement votre médecin traitant (ou faire un téléconsultation sur qare.fr).

Le PGH de Chamonix rappelle par exemple d’éviter les randonnées car le moindre accident occasionnerait la rupture de la chaine d’intervention établie pour le coronavirus. Ou encore imaginez un accident de voiture occasionnant un hospitalisation actuellement. Chaque personne doit se penser comme un membre actif de la collectivité.

Voici donc quelques perspectives repérées :

Aider le personnel soignant

Vous pouvez vous inscrire sur le site « En première ligne » afin d’apporter votre aide pour faire les courses ou garder les enfants du personnel soignant. >> https://enpremiereligne.fr <<

Aider les plus âgées

Si l’on connaît des personnes âges dans son entourage, une initiative possible est de faire connaître la personne à l’immeuble en laissant un numéro de téléphone ou bien de laisser apparaître un signe distinctif à l’extérieur (chiffon rouge par exemple).

Le personnel des EHPAD a eu comme idée de demander aux gens de profiter du confinement pour écrire aux personnes âgées privée de visite. C’est en plus une activité qui peut être faite avec les enfants, ils peuvent faire des dessins, écrire des poèmes, parler d’eux… Voici un tableau (non exhaustif) d’Ehpad dans le coin :

Monter un groupe sur les réseaux sociaux d’entre-aide par ville

A Passy, un groupe d’entre-aide a déjà vu le jour sur Facebook baptisé « groupe d’entre-aide Passy-Chedde ». Ce type de groupe permet de centraliser tous les bons conseils et les formes d’aides possible dans le périmètre de sa ville.

Cela peut-être la garde d’enfants, l’assistance scolaire, des conseils en tout genre, de l’écoute psychologique. Si l’on continue (malheureusement) à aller travail on peut ramener des choses indispensables en faisant quelques courses pour telle ou telle personne.

Constituer un collectif d’entre-aide par immeuble

Tout le monde n’a pas Facebook ou un réseau social , notamment les personnes les plus âgées et les plus démunies (précarité, isolement…). Dans ce cadre, il est possible de faire une affiche à coller dans le hall d’immeuble, de préférence vers les boites aux lettres ou ascenseur.

Cela peut aider pour faire les courses, promener un animal de compagnie, s’échanger des livres, se partager des conseils…

Produire des masques de dépannage. Pour réellement se protéger soi-même, seuls des masques homologués FFP2 sont efficaces.

  • La version simple avec simplement des élastiques, des rubans de papier cadeau et de l’essuie-tout (fonctionnel environ 2 à 3h maximum)

ATTENTION !

Ce masque permet pas de se protéger du virus mais éviter uniquement de le propager si l’on des symptômes comme de la toux sèche. Pour que le masque soit serrée au niveau du nez, vous pouvez utiliser les fermoirs (type paquet de pain de mie) par exemple (petit bande de plastique avec deux bordures métalliques)

  • La version plus sophistiquée si l’on une machine à coudre

ATTENTION !

Le mieux est de recouvrir le coton d’une matière 100 % polyester. Le coton absorbe l’humidité et donc plus vite les particules de virus.

  • Patron et modèle de création d’un masque par le CHU de Grenoble pour renflouer les réserve du personnel soignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.