L’horrible contournement routier de Thyez-Marignier


Ecologie / mardi, mars 3rd, 2020

Malgré l’opposition d’associations écologiques sur le terrain juridique, le projet du contournement routier de Marignier a été accepté. Le premier tronçon de la route a été livré en décembre 2018, et c’est maintenant la deuxième portion qui est en cours de construction.

Enquête publique, mobilisation d’associations et d’habitants de Marignier avec « Nouvelle ère pour la vallée de l’Arve », rien n’y a fait. Les autorités ont mis en avant la nécessité d’une telle route pour désengorger le centre-bourg et assurer plus de sécurité routière.

Une bretelle de sortie d’autoroute aurait suffit pour désengorger la route de Marignier. Mais le problème n’est pas là ; il est surtout au niveau de l’intensité du flux routier local, lié à la hausse démographique ainsi qu’au va-et-vient touristique annuel.

Mais l’important dans tout cela, c’est l’impact sur la vie animale et végétale. A ce titre, Emmanuel Macron peut bien venir parler d’un pseudo « office de la biodiversité » à Chamonix, il n’en reste pas moins qu’ici, les écosystèmes et les animaux sont malmenés, voir détruits.

>> Voir aussi : l’insupportable jeu d’équilibriste d’Emmanuel Macron au Mont-Blanc

Pour une somme de 70 millions d’euros, une double voie routière a en effet été autorisée à passer en plein dans un site classé Natura 2000. Voici une description de la zone par le site de la Réserve :

Les étangs issus des anciennes ballastières attirent notamment des espèces rares comme le Blongios nain. Si ces milieux ne sont, initialement, pas spécifiques à la vallée, ils jouent désormais un rôle important dans la conservation de ces espèces de plans d’eau dont les habitats tendent à disparaître avec l’artificialisation des sols, la disparition des zones humides…

On retrouve également des castors d’Europe qui sont venus re-coloniser cette zone, mais aussi des salamandres. Ces espèces sont toute en voie d’extinction. A la seule vue de ces photos, tout le monde devrait ressentir avec colère ce que signifie le mot « écocide » :

© Nouvelle ère pour la vallée de l’Arve

Cette nouvelle route se trouve également sur des zones humides. On ne sait pas vraiment si elles vont être détruites mais il semble plus probable qu’elles vont être emprisonnées dans du béton pour en faire de simple puits d’eau. Mais une zone humide c’est bien plus qu’un « trou d’eau » : c’est un écosystème essentiel à la vie, des endroits essentiels aux pérégrinations des animaux.

D’ailleurs, c’est à la fois ces zones humides et le boisement qui fait de cet endroit un corridor écologique. Un corridor écologique, c’est une route naturelle par laquelle transitent animaux et graines de végétation pour rejoindre d’autres endroits pour se reproduire, s’alimenter, se reposer.

Alors, les gestionnaires répondront que des précautions ont été prises, avec des aménagements, des tunnels, des détournements, des panneaux rappelant la présence de castors d’Europe.

Tout cela ne peut satisfaire que des personnalités où toute sensibilité s’est évaporée. Des sensibilités laminées par l’anthropocentrisme, cette conception d’un homme ayant un droit de propriété sur la nature alors que l’humain n’est qu’une partie, certes sophistiquée, de la biosphère.

C’est de là qu’on comprend que l’on a besoin d’une nouvelle perspective de société. Car oui il faut arrêter le « tout routier », mais il faut surtout une planification démocratique des besoins populaires dans le respect strict des dynamiques environnementales.

Une réponse à « L’horrible contournement routier de Thyez-Marignier »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.