Municipales Sallanches : la Gauche piégée par l’apolitisme


Politique / jeudi, mars 12th, 2020

Aux élections municipales de Sallanches, il y a deux listes de droite, une liste d’extrême droite, une du centre, et enfin une écologiste. En apparence présente, la Gauche est en fait neutralisée par l’apolitisme citoyen.

La liste qui porte en apparence la Gauche est la liste « Initiatives Sallanches citoyenne » menée par Josée Serasset-Krempp. En effet, Bruno Philippin, président de l’association « Sallanches Autrement », a rejoint en deuxième position cette liste.

Issue de « Démocratie & Progrès pour Sallanches » fondée en 1995, « Sallanches Autrement » a fait élire aux élections municipales de 2014 Marie-Claude Didier, Yves Borrel et Marie-Pierre Gourichon. Trois élus sortants de l’opposition qui n’ont donc pas rejoint la liste portée par Mme Krempp.

>> Voir aussi : municipales : l’absence de la Gauche à Cluses

Ancienne militante d’EELV, Josée Serasset-Krempp a réuni autour d’elle une partie de la mouvance climat-zéro déchet et des citoyens soucieux de privilégier l’approche citoyenne et participative en vue d’une « transition écologique ». C’est l’approche bobo qui pense renouveler la vie politique.

Dans le climat de dépolitisation actuel, les repères politiques sont plus que mis à mal et tout ce qui semble moderne apparaît comme en phase avec les évolutions culturelles de notre époque.

Mais cela est une erreur : on n’abolit pas l’histoire politique fondée sur le clivage Gauche/Droite d’un coup de baguette magique. Car si elle a ses caractéristiques propres, une commune n’évolue pas en vase-clos par rapport au pays.

La liste peut bien mettre en avant l’écologie mais sans rapport à un héritage historique, cela ne suffit pas à porter un projet de société.

Sinon on devrait faire une liste féministe, une liste animaliste, une liste antiraciste, etc. Or, ces combats, rivés au mouvement ouvrier (anglais pour la question animale), fondent la Gauche historique.

C’est pour cela que masquer cet héritage est dommageable, ce n’est pas qu’une histoire d’ « étiquette électorale ». Cette négation est malheureusement un symptôme de l’absence d’engagement politique des ouvriers, laissant la place aux seules classes moyennes.

>> Voir aussi : municipales : Repensons Bonneville, une liste de Gauche !

Mais ce n’est surement pas en jetant aux oubliettes cet héritage que l’on pourra re-mobiliser les classes populaires qui représentent 53 % de la population active à Sallanches.

Car, au tournant il y a un danger qui nous guette. Ce danger c’est celui du fascisme, de l’extrême droite. A ce titre, il est important de noter que Christian Pernin, ancien collistier de Karl Aoun aux législatives de 2017, présente une liste Rassemblement National Sallanches.

Dans un article au Dauphiné Libéré, Christian Pernin met en avant

les 29 % de suffrages pour son parti au bureau de vote de Vouilloux [quartier populaire – nda] lors des dernières élections européennes, contre « seulement 18 % pour Macron ». Un quartier qu’il a d’ailleurs arpenté pendant sa campagne. « J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne vont plus voter, il y a un grand ras-le-bol », raconte celui qui a « soutenu » le mouvement des Gilets jaunes sans en revendiquer l’appartenance.

Certains diront que l’extrême droite n’a qu’un maigre espace. Peut-être. Mais là n’est pas l’important car par sa présence, Monsieur Pernin pilonne les classes populaires avec sa démagogie d’extrême droite. Ce sont des points avancés en vue de l’élection de 2022.

Le fait que la Gauche ait été mis de côté au profit de l’apolitisme citoyen est donc une attitude irresponsable pour qui réfléchit en terme politique. Espérons que cette erreur soit réparée, afin d’assumer les responsabilités futures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.