Confinement : Jean-Marc Peillex aborde une question démocratique


Politique / samedi, avril 11th, 2020

Depuis le début de la semaine, il y a comme un relâchement de la société face à la lutte contre le coronavirus. Le thème du « dé-confinement » est mis en avant dans certains médias, alors même que les autorités sanitaires ne l’ont pas réellement abordé.

C’est dans ce cadre que Jean-Marc Peillex, maire fraîchement réélu de Saint-Gervais-les-bains, a dénoncé sur RMC dans l’émission « Bourdin Direct » jeudi 8 avril au matin.

Ce qui est terrible pour la population locale […] c’est qu’on dit au habitants, et ils le respectent, « vous n’avez pas le droit de faire plus de 1km, plus de 100m de dénivelé », et ils voient arriver des gens qui ont fait 300, 400 , 500km. Si vous voulez il y a ce sentiment d’injustice et c’est terrible.

Et sur BFMTV, le vendredi 9 avril :

Dans le cas du confinement ce n’est pas un problème d’argent et d’amende parce que celui qui a un beau chalet dans les Alpes ou une belle maison sur la Côte d’Azur ou la côte atlantique, 135€ ou 500€ c’est pas grand-chose pour aller se confiner dans la nature, pour se faire plaisir.

Ces gens là sont les irrespectueux habituels qui veulent passer devant tout le monde au télésiège, qui veulent passer devant tout le monde partout. Et bien vous les retrouvez en ce moment avec la même forme d’irrespect.

Contaminé par le Covid-19 après les élections municipales et ayant vécu le début de la crise sanitaire lors des premiers cas aux Contamines-Montjoie, Jean-Marc Peillex est vigilant sur le respect des consignes de confinement.

En critiquant les comportements de gens huppés qui se pensent au-dessus des règles de la collectivité, le maire de Saint-Gervais se fait le porte-voix de bon nombre de gens ayant constaté ces arrivées dans les résidences secondaires.

On avait déjà remarqué l’état d’esprit ultra-individualiste et de consommation superficielle de cette haute bourgeoisie lors du coronavirus aux Contamines-Montjoie, ramené par un entrepreneur britannique après un séjour « d’affaire » à Singapour.

Une classe sociale dont fait partie Mourad Boudjellal, ce nouveau-riche millionnaire, lié au monde de la télévision et président d’une maison d’édition également chroniqueur à l’émission des Grandes Gueules.

Mourad Boudejellal a ainsi accusé le maire de Saint-Gervais d’ « anti-parisianisme » , allant même jusqu’à le dénoncer d’être « un mauvais exemple puisque vous l’avez (covid-19) attrapé ».

Mourad Boudjellal fut nommé « Chevalier de l’Ordre national du mérite » par Nicolas Sarkozy en 2008, puis soutien d’Emmanuel Macron, il est fait « Chevalier de la Légion d’honneur » en 2018. Lors du mouvement contre la réforme des retraites de décembre 2019, il appelait à mettre en garde à vue les travailleurs en grève en les traitant de « purs égoïstes »,

Ce même Mourad Boudjellal qui disait « milliardaire allemand, qatari, russe ou saoudien : on accepte tout ! » en septembre 2018 pour sauver le Rugby Club Toulonnais, dont il est le président et actionnaire.

Mourad Boudjellal se fait ainsi le porte-parole de toute la décadence de la haute bourgeoisie, emboîtant le pas au dandy de droite Charles Consigny, qui affirmait dans la même émission du 8 avril :

« J’emmerde les gens qui ont déploré la venue des Parisiens en province. Les gens qui se sont crevés à la tâche toute leur vie pour se payer une maison à la campagne ou à l’île de Ré, ils ont bien le droit d’y aller quand c’est la merde à Paris« 

Quel mépris anti-populaire. Alors que les riches propriétaires se plaignent de ne pouvoir circuler « librement », les familles ouvrières les plus précaires vivent le confinement dans des petits appartements HLM, comme dans le bassin de Cluses.

Par ce temps de crise sanitaire, l’intervention de Jean-Marc Peillex relève d’une question démocratique et populaire qui devrait être abordée en profondeur par la société, et non pas rabaissée par l’état d’esprit stérile, pour ne pas dire stupide, du « clash » véhiculé par l’émission populiste les « Grandes Gueules ».

Une réponse à « Confinement : Jean-Marc Peillex aborde une question démocratique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.