Confinement : Le coup de com’ des chasseurs


Ecologie / vendredi, avril 17th, 2020

Les chasseurs sont un pilier fondamental à la domination des notables dans le monde rural. Ils sont la pièce maîtresse de la droite et le confinement est une occasion renouvelée pour leur démagogie.

En effet, sur le site de la fédération de chasse de Haute-Savoie une campagne de communication « Confinement : soyons fiers d’être chasseur », est en cours. Il ne faudrait tout de même pas que l’on oublie que le calme pour la vie sauvage n’est que temporaire…

A cette campagne identitaire, s’ajoute un site internet tourné vers la population. Relayé par le Dauphiné Libéré, ce site (dont nous taierons le nom par souci de non promotion) vise à faire connaître les animaux que les chasseurs appréhendent dans la nature.

Construit sur un mode ludique et pédagogique, ce sont clairement les enfants et les familles qui sont ainsi visées par cet outil de promotion de l’image du chasseur proche de la nature. Les chasseurs tiennent ici à faire concurrence avec l’initiative de la LPO visant à connaître et recenser les oiseaux autour de chez soi.

Chacun conviendra qu’entre des naturalistes amoureux des oiseaux et des amoureux du tir au fusil dans la nature, il est préférable de suivre les premiers pour enrichir ses connaissances sur la faune sauvage.

On ne peut que s’en convaincre avec ce billet « soyons fiers d’être chasseur, pour une fête de Pascal respectée », où la combinaison du culte du « terroir », de l’ « enracinement » et de la religion fait du chasseur un parfait client pour l’idéologie de Maurice Barrès.

En France, c’est un million de bécasses des bois qui sont, comme il est dit cyniquement, « récoltées » dans le pays. Alors que la consommation régulière de bécasses peut être à l’origine de nombreux cas de saturnisme, les chasseurs illustrent encore une fois leur mentalité ultra-conservatrices, anti-démocratique.

Avec une telle promotion de la consommation d’animaux sauvages, ils montrent qu’ils n’ont définitivement rien compris à la crise du covid-19 qui résulte justement de la déstabilisation de la vie sauvage pour la consommation humaine de viande.

Le billet confinement n°10 peut bien affirmer que la chasse représente quelque chose d’important avec 7 748 adhérents, il n’en reste pas moins certain que cette tradition-domination est condamnée historiquement.

Et l’ère ouverte par la crise du covid-19 ne va manquer de confirmer cette sanction historique, celle du balayage complet des vieilles mentalités féodales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.