Le fast-food : un suicide imposé au peuple


Ecologie / vendredi, mai 8th, 2020

Ce mercredi 6 mai, le drive du Mac Donald de Scionzier a donc ré-ouvert, tout comme le seront bientôt ceux de Sallanches, Chamonix, Megève, Bonneville…

L’empressement d’aller au Mac Donald alors même que le déconfinement n’est pas officiel choque toute personne aspirant à une société meilleure, plus harmonieuse. En effet, les files d’attentes pour aller consommer burgers, frites et sodas sont une catastrophe morale.

Évidemment il est absurde de critiquer de manière unilatérale les personnes qui s’engouffrent dans cette consommation. Tout comme le futur « Burger king » à Cluses, ces restaurants sont imposés, encouragés par les pouvoirs publics et par tout un matraquage publicitaire, à quoi s’ajoute l’addiction provoquée par une alimentation hyper sucrée, hyper salée, hyper grasse…

Le problème de fond c’est que tout le monde sait bien que la liberté de choix présentée comme l’argument suprême n’est rien d’autre qu’un prétexte à la facilité pour ne pas se remettre en question…et ne pas changer la société.

>> Voir aussi : la listériose dans la vallée de l’Arve

Car la « mal-bouffe », dont le fast-food est un symbole sans pour autant s’y réduire, est une bombe à retardement sanitaire. C’est une des principales causes d’obésité, qui est elle-même facteur d’aggravation d’autres maladies. D’ailleurs, les personnes obèses touchées par le covid-19 n’ont-elles pas été plus exposées à des formes graves ?

Et ce fléau sanitaire est permis par le massacre industriel de millions d’animaux et la destructions d’écosystèmes entiers. Le fast-food, que cela soit la grande entreprise ou le kebab du coin, n’est rien d’autre que la voiture balais valorisant les « déchets » d’animaux de l’industrie agroalimentaire.

>> Voir aussi : les fast-food, une catastrophe sociale et écologique

Face à ce suicide imposé et dans l’attente d’un démantèlement de ces horreurs, il est évident que la seule option morale est le refus de cette « culture ».

Il convient de suivre la voie dressée par Dead Prez, un groupe de hip-hop américain de Floride, qui a produit en 2000 un morceau qui sonne comme un véritable mot d’ordre : « Be healthy ».

« Sois en bonne santé » est un appel à un régime végétalien, sans alcool et sans tabac, et malgré qu’on peut rapprocher de ne pas exclure le cannabis cela relève d’une profonde dignité populaire, d’une lutte de classe contre ce qui détruit la vie.

Une réponse à « Le fast-food : un suicide imposé au peuple »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.