Chamonix : la banalisation du cannabis


Vie quotidienne / samedi, juin 27th, 2020

Une boutique de « produits de bien-être » vient d’ouvrir à Chamonix. C’est en fait une sorte de « coffee shop » version allégée et c’est un pas de plus dans la banalisation des drogues dans la société.

Ces « magasins » vendent des produits composés de Cannabidiol (CBD), une substance chimique présente dans le cannabis. Selon l’OMS il n’y a pas de risque pour la santé, c’est même une substance qui peut être utilisée médicalement.

Mais voilà, en France ces produits ne peuvent pas être vendus comme des médicaments, tout consiste donc à en faire des drogues fac-similées, ce qui ne fait que banaliser la culture de la défonce.

L’enseigne s’appelle justement High Society, que l’on pourrait traduire par « société défoncée ». Cela correspond très bien à l’ambiance décadente des stations de ski, où un petit milieu évolue en vase clos avec des valeurs surtout tournées vers la consommation superficielle.

Il suffit aussi d’aller faire un tour sur la boutique en ligne pour voir que le CBD est vendu sous forme de fleurs, portant le même nom que des variétés de cannabis illégal et extrêmement nocives, ou même des allusions à des drogues plus fortes.

D’ailleurs, ces magasins sont tenus par des gens dont on sait qu’ils ne viennent pas d’une profession médicale, ou quoique ce soit de ce genre, mais d’une vie à coup de soirées et de défonce. Et de toute façon ce n’est pas le but d’être médical, le but c’est de dire que le cannabis c’est cool, c’est fun.

>> Voir aussi : l’alcool comme la religion c’est l’opium du peuple

Il faut bien voir qu’en parallèle à l’ouverture de ce genre de boutique on assiste à une cascade de tribunes en faveur de la légalisation du cannabis, certains y voyant même la base d’une future relance économique…

Rentrées économiques et pacification sociale, la recette idéale ! Comme si nous n’avions pas besoin de mobiliser la collectivité pour produire des choses utiles et émancipatrices pour l’être humain… Comme si l’urgence n’était pas à sauver la planète, à défendre les animaux, à dépasser le capitalisme et son monde aliénant de la marchandise…

Tout cela est tellement gros qu’il devrait logiquement y avoir une révolte générale.

Car il ne faut pas se faire d’illusion : derrière la mise en avant thérapeutique, il y a surtout la banalisation culturelle tout court. Si cela n’était pas le cas, la transformation de la molécule en un médicament suffirait. Serions-nous d’accord demain pour avoir des ventes légales de doses d’opium à fumer ?

L’ouverture d’un magasin CBD à Chamonix correspond bien à une vaste offensive culturelle de la bourgeoisie pour endormir les consciences, pacifier la société. Elle est le symbole d’un pourrissement avancé de la société qui doit être combattu par un sursaut moral, populaire.

24 réponses à « Chamonix : la banalisation du cannabis »

  1. Votre article n’est pas en accord avec votre feed…
    Vous prenez part à une opinion en dégradant le produit, mais je ne pense pas que vous le connaissez réellement, sinon vous n’en parleriez pas comme ça…
    Vous avez l’air catégorique, et bien moi aussi je le suis.

    1. Bonjour,

      De quoi parlez-vous ? Notre « feed » ? Être de « gauche » ce serait être « cool », « tranquille » ?

      Nous venons de la Gauche historique, celle portée par le mouvement ouvrier, et cela n’a rien à voir avec le « progressisme libéral ». C’est un combat lié à la lutte des classes et, d’ailleurs, il a pour symbole le drapeau rouge et s’est toujours opposé à ce qui tire vers le bas la conscience populaire. La Gauche n’est pas pour nous synonyme de libéralisme des moeurs.

      Sinon, comme pour les autres commentaires, veuillez s’il-vous-plait, lire sérieusement l’article. Le problème de ce type de commerce n’est pas de l’ordre de la santé, mais culturel en ce qu’il banalise l’ensemble du cannabis.

      Cordialement,

      Arve à gauche

  2. Ridicule, vous ne savez pas de quoi vous parlez et vous étalez votre science. Le cbd n’a aucun effet psychoactif et la législation européenne est telle que ces produits sont tout à fait legaux en France. Absolument rien à voir avec la defonce ou l’opium. Si vous souhaitez faire un vrai travail de journaliste renseignez vous un minimum avant d’étaler vos clichés

    1. Bonjour,

      Avez-vous lu réellement l’article ? Car nous commençons clairement par dire que le CBD est inoffensif pour la santé, mais que le problème n’est pas là. Le problème est d’ordre culturel : ces types de commerce, qui ne sont pas médicaux, participent à la banalisation du cannabis en général.

      Cordialement,

      Arve à gauche.

  3. Parler d’un produit que l’auteur ne connait pas… Bien le travail fe journaliste ce torchon est une honte heureusement que des non consomateurs savent se renseigner… La votre bout de PQ c’est la meme chose que la diabolisation du cannabis par le gouvernement americain dans les annees 70. C’est pareil que le racisme quand les gens ont peur de l’inconnue sur ce l’auteur vas te racheter un cerveau et un sens critique digne de ce nom.

    1. Bonjour,

      Votre base argumentaire est d’une faiblesse risible qui masque à peine vos propos de rabatteurs commerciaux (« les consommateurs savent se renseigner »…). Dites plutôt que vous êtes pour la défonce généralisée et arrêtez votre mauvaise foi.

      Cordialement,

      Arve à gauche.

  4. Je ne dirais rien sur votre avis, c’est le votre et c’est votre vision mais je voudrais quand même dire que si l’OMS a dit qu’il n’y a pas de risque pour la santé alors c’est que le cbd n’est pas un médicament car tous les médicament même le dolipranne sont dangereux pour la santé. Le cbd n’est pas non plus une drogue puisqu’il n’est pas psychotrope. Les gérants de cbd shop sont les premiers à lutter contre le trafic de stupéfiant en proposant une alternative au cannabis récréatif.

    1. Bonjour,

      Si donc le cbd n’est ni un médicament ni un psychotrope, comment le classez-vous ? Et à quoi sert-il ? Comment expliquez-vous aussi que celui-ci est bien souvent vendu pour des effets thérapeutiques, par des magasins qui ne sont pas des pharmacies ? Comment expliquer que les « shops » de CBD se présentent souvent comme des choses alternatives avec des noms qui se la jouent « street » ou « défonce » (high) ?

  5. Article intéressant et bien écrit qui révèle quelque chose : les (pré)jugés de l’auteur vis à vis du cannabis, ou « culture de la défonce ». Consommateur régulier de cannabis depuis plus de 10 ans, je ne me reconnais pas du tout dans ce terme, pas plus que mes parents consommateurs « normaux » d’alcool ne se reconnaissent dans la « culture de la biture ».

    Ce que l’on voit en effet ici est une analyse juste sur la liberalisation de la vente de cannabis, et l’accentuation du côté cool, « soft », etc. Par contre, rien à propos de pourquoi est-ce que le cannabis serait une mauvaise chose en soit. Aucune explication sur les potentiels effets négatifs du cannabis (et il y en a), pas plus que les positifs (et il y en a aussi).

    En fait, on ne lit ici que le dégoût de l’auteur pour une soit-disante « culture » de la défonce que ne serait en fait qu’un complot bourgeois ! « Une vaste offensive culturelle de la bourgeoisie pour endormir les consciences, pacifier la société ». Je l’avais jamais entendu, cella-là ! Pour ma part je vois là quelque chose qu’on connait bien : le marché. Le cannabis, il y a de la demande, il y a de l’offre, fait-y vous, cela n’est pas prêt de s’arrêter.

    Dans la vie, il faut juste bien choisir ses addictions (je pense qu’on peut devenir addict à ses grand chevaux aussi….) Libre a chacun de choisir celles qui lui conviennent tant que cela ne vous atteint pas ni ne coûte à la société. On aura jamais vu un « défoncé » combrioler une maison, ou agresser une petite mamie… La comparaison avec l’alcool sera toujours instructive. Le cannabis est bien moins grave, et comme le démontre l’article, le problème est bien « culturel ». Mais pas dans le sens qu’on pense !

    1. Bonjour,

      Nous ne parlons pas d’un « complot bourgeois » mais d’un processus de libéralisation porté par la classe dirigeante-dominante. Comme vous le dîtes, il y a une demande et le rôle de l’actuelle classe dominante est d’encadrer les différents marchés en sa faveur.

      Si l’on raisonne en termes de lutte des classes, on sait très bien que les drogues ont été de puissants leviers pour miner les combats populaires. N’avez-vous pas remarquer que depuis les années 1970, le mouvement populaire est en panne sèche ? Cela n’est qu’un aspect, certes, mais les drogues y ont rôle tout de même (le cannabis a été promue par ce qu’on appelle la « seconde gauche » développée dans les années 1970).

      Cordialement,

      Arve à gauche

  6. Bonjour je suis Hugo, responsable du magasin High Society de Chamonix. Je vous invite à venir me rendre visite à la boutique, nous avons un livre très interessant sur les bienfaits thérapeutiques du chanvre et de la molécule de CBD, basés sur des études sérieuses. Nous pourrons échanger nos points de vues, boire une tisane et sans doute être d’accord sur nos désaccords. J’y suis du lundi au vendredi de 11h à 20h, n’hésitez plus. Bonne soirée.

  7. Mais en plus d’etre une grosse blague vous vous permettez de me dire que je parle dedefonce alors que je precise bien que les NON consomateur savent se renseigner sur ce qu’est le cbd vous comprenez tout l’inverse en fait je ne sais meme pas pourquoi je viens vous feed certainement parceque c’est unsite troll oui je pensais que parler aux abrutis les instruit mais en fait je ne parler qu’a des beauvains haineux vide de reflexion sur ce adieu et je recommande a tous vos lecteur déçu de black lister le site honteux que vous etes.

  8. vous êtes journaliste ou juste en colère ?
    bien pourri votre article, vous pouvez changer de métier je pense.
    ce n’est pas une drogue (pas accoutumance physique et mental) et au contraire il s’en serve pour sevrer les droguées ….
    pas d’effets psychoactif
    beaucoup de gens fume et passe a ça pour avoir le plaisir de fumer sans les effets néfaste.
    vous préférer qu’ils achètent quelque chose qui détruit votre cerveau ou quelque chose qui ne fais rien mise a part la relaxation musculaire ?
    les fumeurs trouvent toujours leur produits autant qu’ils soit de bonne qualitées et sans effets néfaste pour le cerveau ….
    ah oui allez bien vous faire foutre c’est a cause de gens comme vous que la france n’avance pas
    je vous déteste monsieur le faux journaliste.
    n’hésitez pas a me contacter pour plus d’informations

    1. Bonjour,

      Vous représentez une espèce bien en vogue dans notre société : les gens de mauvaise foi qui ne savent pas lire un article et ne comprennent décidément rien à rien.

      Bon courage à vous pour la suite,

      Cordialement,

      Arve à gauche.

      P.S : est-ce vous qui avez affiché de la publicité pour ce « shop » de CBD dans les abris-bus scolaires ?

  9. Quel drame !! Une petite boutique sympa qui propose des produits de BIEN-ETRE à ouvert à Chamonix !!

    Je suis client depuis son ouverture et figurez vous que je me sert des huiles de CBD et des tisanes pour mon BIEN-ETRE !!
    Oui Monsieur !!
    Ce n’est ni une pharmacie (je suis un peu allergique au produits proposés par MR BIG PHARMA), ni un coffee-shop (je ne fume pas) donc c’est une boutique de produits de BIEN-ETRE car oui leurs produits participent à mon BIEN-ETRE quotidien !!

    En lisant les commentaires, qui soit en dit en passant, vous remettent quelque peu à votre place, je me rend compte en plus que vous n’êtes même pas allé parlé avec son Responsable !!

    Donc Monsieur, je ne vous félicite pas, je ne vous félicite pas car vous faites passer une banale petite boutique sympa pour l’antre de quelques drogués, je ne vous félicite pas parce que ma maman atteinte d’un cancer est très contente que je puisse lui apporter (sur conseil de son medecin) des Huiles de CBD Full Spectrum qui ne la soignent pas certes, mais qui l’aident et la soulagent beaucoup, ces mêmes huiles dont je me sert pour m’aider à dormir et pour me détendre après une journée trop stressante.

    Quand on est journaliste on a une responsabilité, c’est l’objectivité, savoir mettre de coté ses ressentis et ses à priori pour traiter un sujet sans partis pris. Dans une société de l’info poubelle et du journalisme à bas prix, je suis triste de constater que vous ne dérogez pas à la règle Monsieur.

    A quand un article sur les distributeurs de préservatifs qui incitent nos jeunes à forniquer ? A quand un article sur les jeunes qui font trop de bruit avec leur patins à roulette ? Réveillez vous Monsieur, on est au 21ème siècle, en France, en Europe même … Réveillez vous Monsieur car bientôt c’est la mort de vos idées rétrogrades.

    1. Bonjour,

      Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec nous. D’ailleurs, avez-vous remarquez que nous nous réclamons de la tradition du mouvement ouvrier, du socialisme, de la Gauche ? Nous diffusions une ligne politique, pas un discours consensuel, neutre, ou autre fadaise pour bourgeois naïfs.

      Cordialement,

      Arve à gauche.

  10. Bonjour,

    Je dois avouer que je suis indigné, pas par votre article mais par le flot de brimades voir de haine qu’il peut susciter, est bien cela le débat aujourd’hui ? Insulter, mépriser si l’on est pas d’accord… Je ne l’espère pas…

    Néanmoins, je ne pense pas que le CBD soit « très » nocif pour la santé et société en soit mais je suis bien d’accord sur le fait que cela va aller dans le sens des grands actionnaires de ce monde plutôt que des citoyens comme vous et moi, je ne pense pas que se défoncer ou faire une publicité de la culture de la défonce comme le fait ce magasin avec ce mot « High » est bon en soit pour la société, je pense pour ma pars qu’il ne faut pas interdire le CBD mais que cela devrait plutôt être considéré comme un produit médical comme la phytothérapie ou l’homéopathie en quelque sorte, et bien sur vendu par des professionnels de la santé pour vous guider (je pense aux pharmaciens) sans aucune forme de « cool attitude » et cela si ce produit doit être considéré comme « doux ». Je ne serais pas contre pour régler un problème passager si j’ai un soucis de santé en pensant à en soigner le fond car cela ne régule que les symptômes comme bien des produits médicamenteux… mais cela est un autre débat.

    Qu’en pensez vous ?

    Cordialement

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire constructif. Nous sommes globalement d’accord avec votre position, à ceci près qu’on y ajoute la nécessité d’une ordonnance prescrite par un médecin ainsi qu’un usage sous forme médicamenteuse afin de limiter toute porte ouverte vers l’aspect culturel de la « fumette ».

      Cordialement,

      AAG.

  11. Bon article.

    Cela dit, que dit la Loie frančaise ? Les drogues sont interdites en france, hormi quelques drogues légal dont il n’est pas question ici.
    Pourtant elles sont partout accessible, Sans même les chercher, qui diras le contraire ?
    N’est on pas dans un monde d’hypocrisie total, si nos dirigeants n’en voulait pas, ils auraient bien sûr éradiqué le problème depuis belle lurette, ils nous prouvent au quotidien comme ils savent réagirent quand ça leurs chantent. Ce laisser faire est intolérable et la Loie sur les stupéfiants n’est donc pas appliqué en France. C’est honteux quand on observe les ravages, notamment chez les jeunes en mal d’un monde juste et de paisible …
    Donc le problème du cbd est une vaste plaisanterie qui permet de cacher la réalité du sujet des drogues, quelle rigolade un produit si peu actif, de qui se fiche on hein ?
    Quelle monde cynique doit on se coltiner aujourd’hui et pour combien d’années encore ?
    La lutte est d’abord dans la prise de conscience de ce monde menteur dans lequel nous évoluons tous.
    A chacun d’en tirer de justes conclusions.

    Bien à vous.

  12. Bonjour, tout d’abord, merci pour l’initiative du site, et pour le travail et l’engagement. Je suis tombé sur une de vos affiches dans la vallée, et je me suis dit « trop bien, tout n’est pas perdu! » J’ai parcouru un peu le site et j’ai bien aimé plein de choses, sur la résignation, la toxicité du capitalisme, les témoignages de travailleurs, la défense de la nature, la mentalité pavillonnaire, etc. Bravo et merci.

    Et puis cet article, qui me laisse un peu dubitatif, et aussi votre positionnement face aux substances et à certains types de festivité, et par extension certains types de gens aussi je suppose. Parce qu’il me semble que c’est justement une arme idéologique bourgeoise de pénaliser et de condamner les consommateurs de drogues, et c’est aussi une bonne excuse pour criminaliser les classes populaires justement. Et puis cette guerre à l’oisiveté, à la fête et à la défonce, ça peut aussi être un mot d’ordre du capitalisme pour qu’on continue à se faire exploiter au travail, ou à s’auto-exploiter comme auto-entrepreneur de soi-même d’ailleurs. « Un esprit sain dans un corps sain » c’est un peu la devise du capitalisme 2.0.

    Je suis d’accord, la consommation ça peut être un problème, mais un problème qui s’accompagne et qui se discute. Dans ma vie militante on a souvent fait des réunions sans substances par exemple, c’est un vrai thème qui se discute, et il se discute déjà je pense. Je suis plutôt du genre à penser que, si c’est un divertissement modéré, qu’est ce qu’on s’en fout? On perd surement plus de neurones en regardant Cnews qu’en fumant un pétard avant d’aller dormir. Et si c’est incontrôlé, ça peut être vu comme un problème de santé en fait. Mais je pense pas que c’est quelque chose qui vient de la bourgeoisie pour nous saborder les neurones dans tout les cas.

    Et puis même plus profondément, l’époque a changée et la lutte des classes aussi. Est-ce qu’on peut se permettre maintenant de juste vouloir se réapproprier les moyens de production, si c’est pour continuer à produire autant, de la même manière, et en gardant la valeur travail comme valeur absolue qui donne à l’homme viril toute sa dignité et sa consistance. Attention, c’est important de reconnaître la valeur du travail, mais si on lutte contre les exploiteurs, c’est aussi pour arrêter de travailler comme ça non? Est ce qu’au contraire on ne manquerait pas plutôt d’arts, de célébrations, de fêtes, de convivialité, d’histoires, de tolérance, d’expérimentations, de rencontres, de surprises, de sortir des sentiers battus, boulot dodo, qui puent l’aliénation et la dépression au bout du chemin? Et enfin si on veut vraiment réactiver un mouvement social et faire bouger les choses, il faut pas commencer par taper sur celles et ceux qui subissent à leur manière le même contexte absurde dans lequel on est tous et toutes obligés de faire avec, et commencer par mieux identifier nos adversaires. La gauche elle part bien de ces valeurs là il me semble. D’abord on se met ensemble autour d’une table et après on réfléchi ensemble au problème, et comme dirait l’autre, en invitant aussi les drogués, les clodos, les putes, les homos, les sans papier, les fous, et les cul de jattes.
    Je pense que si le mouvement c’est essoufflé dans les années 70 c’est pas à cause des drogues, c’est juste que l’idéologie libérale avait fait son chemin et que globalement il y avait du taf. Et quand bien même, on est 50 ans plus tard et de ce que je vois aujourd’hui, ils y a pleins de gens assimilés à des drogués parmi les groupes qui mettent en oeuvre avec le plus de force des idées politiques de gauches.

    En fait je crois que là ou moi je ne vous suis plus, c’est quand vous commencez à condamner des pratiques quotidiennes, à vous en prendre aux mœurs et à la culture. Vous dites qu’il faut moraliser tout ça, mais moi c’est un discours qui me fait un peu froid dans le dos. Déjà, je ne pense pas qu’on manque de morale ou de discipline ou de valeur, on manque de sens, et d’espace, de moyens, de possibilités, de perspectives. Et ensuite, il faut démocratiser, renverser, destituer, reprendre, oui! Mais venir moraliser les gens sur leurs mœurs, non, je pense pas, sinon ça devient un peu totalitaire. S’offusquer face à des phénomènes culturels, même marginaux, s’est déjà un peu réac’. Et c’est justement quand la politique commence à se mêler de l’intimité et des mœurs que ça part en omelette. Et surtout aujourd’hui, ou il semble qu’il soit assez tendance et encouragé d’avoir une opinion sur tout et sur tout le monde et surtout sur ce qu’on connait pas très bien, c’est important de garder ça à l’esprit.

    J’espère ne pas avoir été offensant sans le vouloir, c’est pas l’intention, juste celle d’apporter une petite voix au débat. Je ne prétend pas mieux savoir, loin de là, c’est juste mon avis. J’ai aussi surement un peu dévié du propos, et j’ai peut être un peu trop supposé ou mal compris votre positionnement, si c’est le cas je m’en excuse. Encore une fois merci pour votre travail, c’est à vous que revient le mérite de faire exister cet espace de dialogue dans lequel j’ai pu participé et, comme la personne ingrate que je suis, vous contredire.

    Arvi!

    1. Bonjour,

      Merci pour votre réponse argumentée et détaillée.
      Nous vous avons envoyé un mail pour une proposition de format de réponse.

      Cordialement,

      AAG.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.