Cluster covid-19 au Mont-Saxonnex : l’insouciance se heurte au réel


Ecologie, Vie quotidienne / mercredi, juin 3rd, 2020

Un nouveau foyer d’infection (« cluster ») du covid-19 a été officiellement détecté dans les villages du Mont-Saxonnex et de Brison au dessus du bassin de Cluses. Ce sont dix personnes, dont deux enfants, qui ont été détectées positives au nouveau coronavirus.

En France, il y a actuellement 109 foyers d’infections officiellement recensés, dont 4 en Auvergne-Rhône-Alpes. Depuis le 11 mai, il y a eu 1 983 décès en milieu hospitalier et 6 345 nouveaux cas ont été diagnostiqués entre le 28 mai et le 1er juin.

Si l’épidémie continue à baisser, elle reste toujours présente et personne ne sait encore comment le virus va évoluer alors qu’aucun traitement fiable et efficace, ni aucun vaccin ne sont pour l’instant disponibles. Les prochaines semaines vont être déterminantes car l’épidémie a mis plusieurs semaines à s’installer dans une France au fonctionnement normal.

La prudence est donc toujours de mise en ayant conscience que le grand facteur de risque de contamination est le confinement en intérieur de plusieurs personnes.

C’est surement cela qui a engendré le foyer d’infection du Mont-Saxonnex, village de 1600 habitants à 1000 mètres d’altitude où des fêtes de famille élargie ont eu lieu pendant le confinement.

Rappelons-nous que le second « cluster » français est apparu début mars dans le petit village de La-Balme-de-Sillingy au-dessus d’Annecy. Vivre dans un village d’altitude ne garantie aucune protection face à cette pandémie.

Bien que minoritaires, des personnes entrent dans des commerces sans masques alors que chaque habitant a reçu à la fois un masque de sa commune et un masque de la région Rhône-Alpes. En extérieur, de nombreuses jeunes personnes reviennent aux accolades et au serrage de main.

Les gens s’imaginent-ils encore que le covid-19 n’est qu’une « grippette » ? Faut-il rappeler que sans le confinement, le nombre de morts aurait été bien plus dramatique ?

Ce que révèle ces comportements, c’est l’incapacité de la collectivité à établir un débat démocratique approfondi sur une crise sanitaire qui exprime pourtant une grande signification historique pour nos modes de vie.

Si la nature de la pandémie, c’est-à-dire la mutation d’anciens coronavirus liée au développement de l’immense Wuhan devenu en quelques années le « centre automobile mondial », était réellement saisie et compris, les comportements insouciants seraient bien moins tolérés.

Dans la même idée, l’application « stopcovid » ne serait pas rejetée stupidement comme c’est le cas, mais serait assumée comme une mesure collective fondamentale afin d’assumer nos responsabilités et nos erreurs nous ayant amené dans une telle situation.

Mais le capitalisme et son idéologie libérale sont de véritables rouleaux compresseurs et on en a encore là une bonne illustration, Emmanuel Macron allant même jusqu’à parler de « jours heureux » à propos de l’ouverture des bars et des restaurants…

Sommes-nous si bornés pour se laisser satisfaire d’un verre en terrasse alors que l’on vit une pandémie mondiale sans parler de l’effondrement économique à venir ? Ne devrions-nous pas plutôt viser une organisation pour réellement changer les choses ?

L’intérêt collectif implique une bataille quotidienne pour le port du masque dans les milieux confinés et le respect des gestes barrières en extérieur. Le foyer d’infection du Mont-Saxonnex en rappelle l’impérieuse nécessité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.