Scionzier : l’extension de la route du Val d’Arve au service du capitalisme


Vie quotidienne / vendredi, juin 5th, 2020

Une nouvelle route est en cours de construction au fond de la zone commerciale du Val d’Arve à Scionzier. Cette zone, sortie de terre en quelques années, marque la nature anti-démocratique du capitalisme.

Le Val d’Arve est une zone commerciale à Scionzier inaugurée au printemps 2016 avec de grandes enseignes comme Décathlon, Action, Act’Mode, Chaussea, Celio… En 2018, une nouvelle extension de 4 000 m2 a été effectuée, et de nouveaux commerces vont être livrés à la fin de l’année.

Implantée au porte de la ville de Cluses, cette zone est coincée entre l’autoroute blanche, des usines et des zones pavillonnaires cette zone commerciale occupe un espace réduit.

L’afflux de personnes dans cette zone commerciale, mais aussi industrielle, engendre d’importants embouteillages en fin de journée. Du fait de ces encombrements routiers et du manque d’espace, une nouvelle route est en cours de construction afin de relier cette zone au quartier HLM du Crozet.

Voilà le panorama d’un développement qui n’a rien d’harmonieux et relève d’une croissance sociale et économique au « coup par coup », ne tenant compte ni des besoins populaires, ni de l’environnement.

Piloté par en haut, décidé par en haut et construit par en haut, cette nouvelle route s’impose par la force des choses, de manière anti-démocratique. Bien évidemment, il y a des personnes qui trouvent utile cet allongement routier. Et comment pourrait-il en être autrement ?

Construire une telle zone dans un espace où la densité commerciale, industrielle et résidentielle est déjà forte ne peut qu’engendrer l’apparence d’un « besoin » d’endiguer les embouteillages. Mais est-ce réellement un besoin populaire, établi pour enrichir la vie collective ?

N’importe quelle personne sans trop de mauvaise foi qui se dit « cette route va améliorer mon quotidien » sait bien que d’une autre côté cela est un produit du capitalisme pour fluidifier l’écoulement des marchandises.

En 2013, la « Fédération des groupements de commerçants de la Haute-Savoie » déclarait déjà à propos de la nouvelle de la zone :

« Le développement de cette zone a été faite sans concertation aucune et en dépit du bon sens (…) Par ailleurs, la Fédé74 rejoint les craintes tant de Martial Saddier que celles de Stéphane Valli qui, tous cités par la presse, s’inquiètent de l’impact de ce développement anarchique sur l’ensemble de la vallée »

Finalement, toute personne lucide comprend que cette nouvelle route du Val d’Arve est le symbole du capitalisme qui impose son rythme de vie anarchique. Une vie fragmentée et soumise à la marchandise, avec pour conséquences des perturbations psychologiques et des destructions environnementales.

De fonctionnel pour le quotidien, la nouvelle route du Val d’Arve ne fait qu’approfondir la domination de tout un système économique pris dans une fuite en avant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.