Contamines-Montjoie : un chasseur tue deux oiseaux d’une espèce protégée


Ecologie / jeudi, octobre 1st, 2020

Par un communiqué de l’OFB, nous apprenons qu’un chasseur des Contamines-Montjoie a été contrôlé dans le secteur du Col du Joly en possession de deux oiseaux tétras-lyres morts, dont une femelle. La chasse des femelles de cet espèce est strictement interdite.

Ce contrôle a été réalisé dans le cadre d’une mission de contrôle par la police des agents de l’Office nationale de la biodiversité (Ofb) d’une chasse de prélèvement aux galliformes (« gallinacés ») de montagne.

Si l’arme du chasseur a été retiré, nous espérons bien que cet individu se verra également retirer son permis de chasse, c’est là le minimum !

Car le tétra-lyre, l’oiseau symbole des milieux alpins, est en voie de disparition à cause de la destruction de son habitat par l’activité touristique, le pastoralisme ainsi que le ski hors piste l’hiver. Et voilà qu’un chasseur en rajoute une couche : un mouvement populaire tourné vers la vie sauvage lui ferait payer chèrement son comportement.

La fédération de chasse Haute-Savoie a beau mettre en avant son rôle de protecteur de cet oiseau, dans la réalité, les chasseurs ne sont que des gens pragmatiques armés de fusils : leur but c’est de chasser et tuer des animaux, et plus il y en a , mieux c’est. Ni plus, ni moins.

>> voir aussi : Lagopède alpin : les chasseurs contre la ligue de protection des oiseaux

Qu’un chasseur puisse tuer deux oiseaux d’une espèce protégée et dont la protection est pourtant mise en avant par sa propre fédération montre à quel point tout cela n’est qu’une façade bien démagogique.

Les chasseurs se fichent de connaître de manière sérieuse et approfondie la faune et la flore ! Seuls des naturalistes et des botanistes, accompagnés de scientifiques, peuvent gérer et contrôler des écosystèmes qu’ils savent analyser en eux-mêmes et non pas comme un terrain de jeu mortifère.

Personne ne croit au mensonge des chasseurs s’auto-proclamant « premiers écologistes de France ». Une telle affaire montre, une fois encore, que la chasse relève de mentalités passées et que la bataille pour la vie, pour la nature, se doit de faire reculer les prétentions réactionnaires des chasseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.