La fuite en avant des stations de « sport d’hiver »3 min read


Ecologie / mardi, octobre 6th, 2020

Avec une perte d’environ 1,5 milliards d’euros du fait de la fermeture prématurée des stations au mois de mars pour faire face à l’épidémie de covid-19, les dirigeants de Domaine Skiable de France s’empressent de relancer un secteur en panne sèche.

Avec l’épidémie de coronavirus, c’est toute une chaine économique dépendante en grande partie d’une clientèle étrangère qui est chamboulée. Et comme cela était largement prévisible, l’été n’a pas suffit à relancer une machine totalement grippée.

Au 82e congrès de Domaine Skiable de France, le gestionnaire de plus de 200 entreprises de remontées mécaniques, les responsables cherchent des solutions pour s’attirer une nouvelle clientèle. Ainsi pour le cabinet d’études en marketing touristique G2A :

« 8% des Français skient régulièrement. On a 92% de marché à conquérir »

Dans quel monde vivent les « experts » de ce cabinet, si ce n’est dans un monde pétri par une haute bourgeoisie hors sol, carrément parasitaire ?

Comme si les ménages populaires qui ne partent jamais au ski allaient changer subitement d’avis alors que la crise sanitaire n’en finit pas de s’enfoncer, que la pauvreté et la crainte du lendemain augmentent et que la neige n’est plus au rendez-vous depuis plusieurs saisons…

Le « marché domestique » comme le disent ces messieurs, n’existe pas. Seule une infime minorité de français partent aux vacances d’hiver, de part le coût exorbitant d’un tel séjour. Cela ne va pas changer, et ce ne sont pas les « classes-neige » qui vont relancer quoi que ce soit. D’ailleurs, les directeurs et les professeurs d’écoles ont bien autre chose à penser qu’à organiser une sortie ski cet hiver…

Quiconque fréquente la jeunesse des vallées alpines sait que son attirance pour la glisse hivernale s’étiole. Il faut dire que le niveau d’enneigement qui offrait de bonnes conditions de glisse ainsi qu’une saison complète pour les clubs n’en finit pas de diminuer. Quant au ski freestyle et au snowboard, ils ont perdu de leur caractère « alternatif », en plus de ne plus être en phase avec l’impératif écologique.

>> voir aussi : où est passé l’hiver ?

Car les stations de ski ne sont plus que des successions de pistes-liaisons façonnées à coup de terrassements contre-nature, avec des points de départs maintenus de manière artificielle par des canons à neige. Tout cela est fait pour satisfaire une clientèle tournée vers la « ballade » entrecoupée de moments au bar ou à la discothèque en altitude.

La bourgeoisie reste la bourgeoisie. Pour Alexandre Maulin, le président de Domaine Skiable de France, l’horizon actuel se résume surtout à l’exercice comptable : « Aujourd’hui on gère plus la fin du mois que la fin du monde », comme si la « fin du monde » était une simple figure de communication qui ne s’abattait pas déjà sur une partie de la faune et de la flore…

On ne peut pas espérer un quelconque changement de ces gens dont l’ADN est de penser la montagne comme un espace d’accumulation de capital. Pourtant, il semblerait que nous assistions, sous l’effet du coronavirus, à la fin des « sports d’hiver », déjà bien plombés par le réchauffement climatique.

Les prochaines années vont être la prise de conscience de cette réalité historique, devant former la base à une résistance populaire pour faire cesser l’activité des capitalistes de l’ « or blanc » qui nous entrainent dans leur spirale infernale.

Une réponse à « La fuite en avant des stations de « sport d’hiver »3 min read »

  1. D’où l’essor considérable du ski de randonnées pour aller où nous voulons quand nous voulons, sans prendre de remontées mécaniques hors de prix pour nous, gens du pays de naissance !!!
    Trop cher, trop de monde, déballage de mode, aucun respect pour la nature !
    On dénature le paysage, les villages ne sont peuplés que de résidences secondaires, les jeunes ne peuvent plus se loger !!!
    Un peu la faute à nos anciens qui ont vendus à tout va leur patrimoine foncier, et ce qui reste, subissant une pression foncière….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.