Cluses : des tags racistes qui illustrent le pourrissement social


Vie quotidienne / mardi, janvier 19th, 2021

Dans la nuit de vendredi au samedi 16 janvier 2020, des tags aux connotations racistes ont été réalisés sur plusieurs murs du quartier populaire des Ewües à Cluses.

Ces tags renvoient à la date « 732 » adossée à une menace : « la police vous niquera bande de ibn al Kabl [fils de chiens] ».

La dimension raciste ne fait nul doute dans cette affaire, puisque la date de 732 renvoie à la bataille de Poitiers lors de laquelle Charles Martel, dirigeant de la « Francie », repoussa les combattants de la prestigieuse dynastie musulmane des Omeyyades.

Une date instrumentalisée de manière pathétique depuis plusieurs années par le groupe d’ultra-droite « Génération identitaire », plusieurs fois jugé pour incitation à la haine raciale.

Mais, au-delà de cette référence historique renvoyant au Moyen-âge, quel est le sens de la référence à la police ? Et pourquoi d’ailleurs associer la police à une date instrumentalisée depuis de nombreux années par l’extrême droite ?

Si la police a besoin d’une chose, c’est bien celle de ne pas être associée à de telles provocations haineuses et anti-populaires.

Car la mention de la police par l’auteur des tags fait écho aux tensions récentes ayant eu lieu dans le quartier. Le 22 décembre, de manière odieuse car utilisant l’alerte pour des violences intra-familiales, quelques jeunes tendent un guet-apens à des gendarmes à coup de jets de pierres et de feux d’artifices. Ces tags ne sont là que pour mettre de l’huile sur le feu.

On assiste à un pourrissement social, aiguisé par une crise sanitaire qui décuple les idées irrationnelles et les comportements anti-sociaux faisant office de soupape psychologique. Et certains fuient cette réalité en se repliant sur une identité bornée, que celle-ci soit raciste ou communautaire.

>> voir aussi : Sur un tag aperçu à Cluses

Pour ne pas tomber dans ces pièges, les bases populaires doivent lutter contre la dépolitisation qui règne, une dépolitisation en partie liée au poids de la religion qui devient le seul porte-parole des problèmes sociaux.

N’est-il pas d’ailleurs révélateur que seul le recteur de la mosquée se soit exprimé à ce sujet ? N’est-ce pas plutôt de personnes engagées politiquement dont nous avons besoin ?

On parle là d’un problème social et politique, qui doit donc trouver une réponse sociale et politique.

La crise économique à venir, déjà en cours, va renforcer le pourrissement social, avec ses fausses protestations racistes et communautaristes. Et à qui profite le « diviser pour mieux régner », si ce n’est à la classe dominante au pouvoir ?

Contre ces mentalités qui cherchent à pourrir le peuple de l’intérieur, contre les pièges de la division, il faut que se dresse un mouvement populaire portant l’unité sur la base du métissage.

Une réponse à « Cluses : des tags racistes qui illustrent le pourrissement social »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.