Vallorcine : un cluster covid-19 qui révèle la défaillance à tous les niveaux4 min read


Vie quotidienne / lundi, janvier 25th, 2021

[Erratum 2 février 2021 : la résidence citée dans l’article n’appartient plus au groupe Odalys depuis 2008. Auparavant la « Luxury résidence L’Ours Bleu » gérée par Odalys, la résidence a été racheté par « Dormio », un groupe hollandais qui l’a renommé « Les portes du Mont-Blanc ». Ce groupe hollandais possède 800 logements en Europe, et emploie 300 personnes]

Ce jeudi 21 janvier, au moins 14 membres d’une groupe de 26 étudiants britanniques ont été détectés positifs au covid-19. Leurs tests ont été envoyés au Centre national de référence à Lyon pour être séquencés dans le but de savoir si ils sont porteurs du variant « VoC 202012/01 », dit « variant britannique ».

Au 24 janvier, le Royaume-Uni comptait 97 329 décès covid-19, dont près de 20 000 pour le seul mois de janvier qui sont imputables à un nouveau variant plus contagieux découvert à la fin décembre…

Pendant ce temps, on a des étudiants qui se moquent des mesures sanitaires, passant à travers les contrôles sanitaires et se retrouvant à des milliers de kilomètres porteurs du Covid-19. Cela fait craindre une contamination au variant « britannique » au niveau local.

Alors qu’une partie du groupe étudiant est venue en avion, d’autres sont arrivés par le train, dont certains semblaient très fréquentés. D’ailleurs, quelques-uns avaient déjà violé les mesures sanitaires à la gare de Londres Saint Pancras, retardant le départ du train Eurostar.

Ces jeunes bourgeois sont venus spécialement à Vallorcine afin d’éviter la quarantaine imposée par la Suisse à tout voyager extérieur. En effet, ils ont choisi Vallorcine car le village se situe à moins de 50 kilomètres de Verbier, cette station suisse où ils devaient suivre une formation de moniteur de ski d’un montant de 1 000 euros chacun.

Le président de cette formation, Peak Leaders, a d’ailleurs tenu des propos au journal anglais Dailymail totalement déconnectés de la réalité :

Le ski est considéré comme un sport de luxe exclusif et pour certains, il est difficile d’imaginer qu’il s’agit d’une qualification. Mais c’est exactement ce que font ces étudiants. Cela fait partie de leur éducation. Ils ne violent aucune règle.

>> voir aussi : Coronavirus aux Contamines-Montjoie : le laxisme face à la bourgeoisie cosmopolite

Du fait de l’origine des personnes contaminées et du lieu de détection, une station-village de la vallée de Chamonix soumise à la fermeture des remontées mécaniques, la découverte d’un cluster d’une telle ampleur montre toute la défaillance des contrôles à tous les niveaux.

Car ces 26 touristes, maintenant en quarantaine, ont été hébergés par la résidence « Dormio Resort Les portes du Mont-Blanc » qui appartient au groupe « Odalys vacances ». « Odalys vacances », c’est ce mastodonte de l’hébergement touristique, propriétaire de 400 résidences en Europe pour un chiffre d’affaire annuel de 250 millions d’euros.

[Erratum 2 février 2021 : la résidence citée dans l’article n’appartient plus au groupe Odalys depuis 2008. Auparavant la « Luxury résidence L’Ours Bleu » gérée par Odalys, la résidence a été racheté par « Dormio », un groupe hollandais qui l’a renommé « Les portes du Mont-Blanc ». Ce groupe hollandais, spécialisé entre autres dans les résidences de luxe, possède 800 logements en Europe et emploie 300 personnes]

Car a contrario de ces géants du tourisme, il y a « Ski Roc Vallorcine », cette résidence plutôt tournée vers les familles et les colonies de vacances qui a refusé d’héberger ce groupe d’étudiants britanniques.

On voit ici à quel point les grands groupes touristiques pratiquent la démagogie, ces profiteurs de l’or blanc qui disent depuis des semaines et des semaines pouvoir appliquer un protocole sanitaire soit-disant drastique. Mais une fois la marche des affaires ré-enclenchée, le principe de précaution est vite relativisé…

De même, pourquoi l’Etat ne ferme t-il pas strictement les frontières avec le Royaume-Uni ? Il y a là une absence de fermeté sanitaire, avec une autorisation d’entrer sur le sol français soumise au seul fait de présenter un test PCR négatif.

>> voir aussi : Quand la rancoeur s’empare des industriels de la neige

Des tests dont on sait que les résultats peuvent être falsifiés par des réseaux mafieux. Mais alors si les tests étaient bien certifiés, c’est encore pire : que ces touristes aient été négatifs, puis positifs quelques jours plus tard, attestent qu’ils n’ont pas respecté le délais d’isolement de 7 jours avant de se faire tester. Enfin, 14 tests positifs sur 26 cas, montrent qu’ils n’ont aucunement respecté les gestes barrières.

Bref, on a là la défaillance d’une société à tous les niveaux.

Devant une société rongée par le libéralisme et l’individualisme, il faut un confinement strict, similaire à celui du printemps 2020, seule mesure à même d’endiguer réellement la nouvelle vague portée par des variants bien plus contagieux.

2 réponses à « Vallorcine : un cluster covid-19 qui révèle la défaillance à tous les niveaux4 min read »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.