Rousseau plutôt que Voltaire !3 min read


Culture, Histoire populaire / vendredi, février 12th, 2021

La région de Genève a toujours été une terre refuge pour les esprits subversifs de leur époque, alors contraints à l’exil. C’est vrai pour Lénine, mais aussi pour deux figures intellectuelles des Lumières : Voltaire et Rousseau. Deux figures aux contours idéologiques bien opposés…

Né en 1694 à Paris et mort dans cette même ville en 1778, François-Marie Arouet dit « Voltaire » a subi la répression de l’aristocratie royale, l’obligeant à vivre plus de vingt ans entre Genève et Ferney dans le pays de Gex, rebaptisé en 1793 « Ferney-Voltaire ». Le philosophe y possédait un château.

Eduqué par des jésuites, ce mouvement hostile au protestantisme, Voltaire a vécu toute son enfance auprès de la cour du Roi. Ainsi, bien que critique envers la religion, jamais il n’alla jusqu’à assumer l’athéisme. N’a t-il pas vécu deux ans en Prusse, auprès du « despote éclairé » François II ?

Voltaire, c’est un libéral-réformateur, produit de la Monarchie et c’est pour cela qu’il ne se prononça pas pour une République mais bien pour une monarchie constitutionnelle à l’anglaise, c’est-à-dire un parlement offrant des prérogatives législatives à une bourgeoisie opprimée par la noblesse.

Face à cette philosophie libérale, timorée et déiste de Voltaire, il y a la philosophie sociale-républicaine de Jean-Jacques Rousseau.

>> voir aussi : Contre l’islamisme radical, fermeté et universalisme

Fils d’une famille d’horlogers protestants, Jean-Jacques Rousseau naît en 1712 à Genève dans un contexte familial marqué par l’oppression par le catholicisme.

A l’origine, ses ancêtres vivaient à Etamples, à côté de Paris, mais étant des partisans des enseignements du réformé Jean Calvin, ils durent fuir les persécutions catholiques au XVI siècle.

Jean-Jacques Rousseau travailla donc au sein du Duché de Savoie, vivant entre Annecy et Chambéry, façonné par la tradition protestante opposée au faste aristocratique. Avec les immenses penseurs matérialistes Diderot, La Métrie et d’Holbach, Rousseau a poussé la critique des Lumières jusqu’à son épuisement.

Pour lui, l’homme est libre dans sa nature même, mais face aux dangers naturels, il fut nécessaire de s’organiser politiquement.

Si la liberté naturelle est perdue, seul un contrat social fondé sur la souveraineté populaire peut engendrer une société démocratique. On est là à l’opposé des conceptions élitistes de la monarchie :

Le pacte social établit entre les citoyens une telle égalité, qu’ils s’engagent tous sous les mêmes conditions et doivent jouir tous des mêmes droits (« Du contrat social »)

Tout le pouvoir au peuple, concentré dans une même « volonté » : il n’y a là aucun compromis avec l’ancien monde de la noblesse. Aucun compromis possible avec le Roi, car le divin n’a pas légitimité à organiser les hommes.

Voltaire, c’est la figure de la bourgeoisie timorée qui, corrompue depuis plusieurs années par la cour royale, veut réformer les choses pour limiter la monarchie. Toute la compromission de Voltaire se lit d’ailleurs dans son style de critique grossière, caricaturale, « voltairienne »

>> Voir aussi : Le rattachement de la Savoie à la Première République française en 1792

A l’inverse, Jean-Jacques Rousseau, c’est l’idéal démocratique d’une bourgeoisie qui se tourne vers le peuple. Un idéal qui s’incarna en 1792-1793 par l’alliance avec le mouvement populaire « égalitariste » des Sans-culottes assumant le mot d’ordre « guerre aux tyrans, paix au chaumières ».

Bien sûr, Rousseau n’était pas un socialiste. Sa vision de l’égalité fondée sur une société de petits propriétaires était un rêve illusoire qui reflétait une société non encore totalement transformée par la révolution industrielle, transformation qui seule pouvait engendrer la pensée socialiste moderne.

Il n’en reste pas moins que dans la mise en avant des « Lumières », le seul point de repère historique possible pour la Gauche, c’est Jean-Jacques Rousseau contre Voltaire, la souveraineté populaire contre la compromission avec l’ancien monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.