Col de Voza : la FNE répond aux détracteurs


Ecologie / jeudi, avril 15th, 2021

En juillet 2020 était annoncé un projet de route forestière dans la montagne de Tête Noire. Mais alors que l’enquête publique a révélé le caractère anti-populaire d’une telle infrastructure, car à rebours des enjeux de préservation de la vie sauvage, la Communauté de communes du Pays du Mont-Blanc pèse de tout son poids pour la faire accepter.

Pour accréditer la valeur de son projet, la communauté de communes a réalisé quatre vidéos.

Dans l’une de ces vidéos, intitulée « processus démocratique », le maire de Passy, Raphaël Castera, affirme que les 500 personnes ayant pris le temps d’élaborer un argumentaire opposé au projet ne serait qu’une chose « facultative ». C’est là une posture de gestionnaire-technique qui réduit le processus démocratique au seul respect des phases légales. C’est un déni du droit à une expression populaire autonome.

De même, il est avancé que l’association France Nature Environnement Haute-Savoie aurait donné son accord en votant pour ce projet lors d’une votation en février 2020… La FNE se défend d’une telle position et explique en détails les choses.

Voici le communiqué de la FNE Haute-Savoie :

Route forestière du col de Voza – Démenti de FNE Haute-Savoie

Dans une série de films de promotion de son projet de route forestière jusqu’au col de Voza, la Communauté de Communes du Pays du Mont-Blanc affirme que FNE Haute-Savoie n’a pas voté contre ce projet, sous entendant que l’association était favorable à ce projet.

Ces affirmations sont fausses. FNE Haute-Savoie n’a pas donné son aval à ce projet de route forestière. Le vote mentionné concernait uniquement le volet paysager du projet, sur les 3,6 kilomètres du tracé situés en site classé du Mont-Blanc, lors d’une réunion de la “Commission départementale de la nature, des paysages et des sites”, le 18 février 2020. Il s’agit des secteurs proches du col de Voza, déjà fortement transformées par l’activité humaine et touristique, comme le démontrent les photos du dossier présenté à cette réunion.

L’impact du projet sur la biodiversité et sur le climat, raisons majeures pour lesquelles FNE Haute-Savoie et de nombreuses autres associations sont opposées à ce projet, n’avaient pas fait l’objet d’informations et de débats lors de cette réunion. Ces sujets ont été révélés au public à l’été 2020, au moment de l’examen de ce dossier par l’Autorité environnementale et du lancement de l’enquête publique, avec publication de l’étude d’impact.

Le projet de route aura des effets sur l’habitat de plusieurs espèces protégées et menacées dans le secteur de la montagne de Tête Noire, zone relativement préservée, où une portion de plus de 5 kilomètres de cette route devra être créée de toutes pièces dans des pentes raides, entre le Châtelard et le col de la Forclaz à plus de 1 500 m d’altitude.

D’après l’Agence Française pour la Biodiversité, la première cause d’érosion de la biodiversité est l’artificialisation de la nature, c’est à dire la conversion de terres agricoles, naturelles ou forestières pour l’urbanisation ou le développement des infrastructures, qui détruisent les habitats naturels et les espèces qui y vivent.

La partie de route à créer, entre Montcoutant et le col de la Forclaz sous Tête Noire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.