Le variant Delta, la piqure de rappel


société / vendredi, juillet 30th, 2021

L’irruption du variant Delta précipite le retour du réel alors même que le déni perdure quant à la problématique sanitaire et à la gestion désordonnée de la crise par l’Etat.

Issu de la flambée virale en Inde au printemps, le variant Delta ne pouvait que s’abattre tôt ou tard en France. Au coeur de l’été, la croyance en des conditions météorologiques plus favorables s’évanouissent et le virus se rappel à l’ordre.

En Haute-Savoie, le taux d’incidence a explosé, passant de 12 cas pour 100 000 personnes au 1er juillet à 220 au 25 juillet. Dans les hôpitaux, il y a dix jours, il y avait 26 personnes hospitalisées et 3 en réanimation. Aujourd’hui, ils sont 47 à l’hôpital, pour 11 en réanimation.

La situation redevient tellement alarmante que la préfecture n’a pas eu le choix que de publier un communiqué officiel dans lequel il est rappelé quelques mesures. La consommation d’alcool sur la voie publique est interdite, tout comme le port du masque redevient obligatoire dans les lieux très fréquentés de 85 communes de Haute-Savoie, comme Cluses, Sallanches, Chamonix, etc.

Remarquons que c’est aux Houches et à Chamonix que le taux d’incidence est le plus élevé du département avec un taux qui est supérieur à 1 000 pour 100 000 habitants. Chamonix est une station touristique connue pour être tournée tant vers l’hiver que vers l’été, l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) se félicitant de l’afflux de la clientèle en juillet dans les Alpes.

S’il est légitime de se sentir ballotés et de fustiger l’incohérence de l’Etat, il faut surtout se rendre à l’évidence : en fait d’incohérence, c’est surtout l’illustration d’un Etat prisonnier d’une logique libérale qui avance au coup par coup, enfermé dans ses propres contradictions.

Dans la société capitaliste, le but primordial c’est toujours que la machine économique tourne : en pleine pandémie, cela signifie de scruter froidement les indicateurs sanitaires et à la moindre « accalmie » de ré-ouvrir les vannes. C’est une application du principe « après moi le déluge » pour rester dans la course de la compétition mondiale, d’autant plus dans les Alpes, ce coeur du tourisme français qui a déjà vu une partie de ses bénéfices s’évaporer en 2020.

Face à une telle situation, l’Etat fait comme il peut en rapport avec ce qu’il est fondamentalement. Il faut bien gérer et freiner la flambée sanitaire, assurer le coup, mais en même temps il faut bien continuer à maximiser le moindre moindre moment de rentabilisation.

Mais une pandémie virale reste une pandémie virale et la mutation rapide et continue du Sars-Cov-2 est à ce titre un rappel de la seule et véritable problématique de notre époque : l’Humanité a joué trop longtemps à l’apprenti-sorcier avec la nature et elle paie maintenant les conséquences néfastes.

C’est pourquoi lorsqu’on regarde la réalité en face, il n’y a pas 36 000 solutions.

Ou bien on bascule dans une sorte de darwinisme social disant que finalement la pandémie ne touche que les personnes âgées et fragiles, qu’il y aurait donc des faibles et des forts, des adaptés et des non adaptés, qu’il faut « vivre avec ». Ou bien, on assume le fait d’être une collectivité avec un haut niveau de conscience morale et une grande capacité d’organisation afin d’acquérir l’immunité collective grâce à la vaccination obligatoire.

Mais là aussi, la campagne vaccinale se heurte à des mentalités façonnées par la société de consommateur-roi, voyant en une mesure collectivement nécessaire un « diktat ». Des mentalités bien sûr soutenues par les élus de Droite, telle que Sylviane Noël, Loïc Hervé, Virginie Duby-Muller qui ont tous voté contre le passe-sanitaire.

Cette quatrième vague est une faillite morale. C’est l’illustration d’une société qui est incapable de faire société, de se discipliner, de s’auto-éduquer de manière démocratique, une société qui se laisser-aller, ne prend rien au sérieux, attend que les choses passent… comme si la pandémie n’avait pas déjà fauché la vie de plus de 112 000 personnes et engendré des séquelles à long terme chez des milliers d’autres.

La société doit se ressaisir. Prendre le parti ferme et indiscutable de la société contre les individus-roi et le seul horizon des profits, c’est prendre parti pour la Gauche.

Une réponse à « Le variant Delta, la piqure de rappel »

  1. Je suis vaccinée 2 doses mais je sais que l’on peut malgré tout contracter la covid je suis allée à Chamonix dimanche la foule était dense dans les rues et sans 🎭 masque. Étant une personne à risque avec depuis hier des symptômes je me sens obligée de me faire tester aujourd’hui. Il faut vraiment que les gestes barrière soient respectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.