Tribune : que renaisse la Gauche dans la vallée de l’Arve !


Politique / lundi, septembre 6th, 2021

Mais où sont passées les forces de la Gauche dans la vallée de l’Arve ? Telle est la question que se posent de manière légitime les personnes n’ayant pas quitté l’héritage de celles et ceux qui ont fait la grandeur du mouvement ouvrier. 

Déjà lors des élections municipales de 2020, la Gauche était absente à Cluses, Sallanches et Chamonix. À Passy, l’honneur était sauf, bien que finalement aucun renouvellement militant n’émerge réellement. 

Les élections départementales ont semblé être le coup de grâce : aucune candidature de gauche dans le Mont-Blanc et à Cluses, pourtant deux pôles traditionnels du mouvement ouvrier, et alors même qu’à Passy la maire-adjointe était présente sur la liste régionale du Parti Socialiste. 

À Sallanches, la liste PS/PCF s’est limitée à vouloir gérer les choses, sans aucun objectif de transformation sociale. Cela est pour nous étranger au projet historique de la Gauche, projet d’autant plus nécessaire que nous sommes plongés dans une profonde crise à tous les niveaux. 

Au niveau politique, l’abstention massive lors des dernières élections régionales est une marque de cette profonde crise.  

Même avec la démobilisation générale des gens, et avec nul autre argument que le rejet des migrants, le Rassemblement national reste le troisième parti en termes de voix.  

Le danger de l’extrême droite, qui ne se limite pas au R.N, reste bien ancré et basé sur les mêmes recettes : chauvinisme, démagogie anti-sociale, xénophobie. Un danger qui va aller en se renforçant à l’approche d’avril 2022… 

Dans un tel panorama, il y a de quoi craindre le pire. L’absence de la Gauche ne fait que refléter une situation d’apathie démocratique très inquiétante. Aux manettes, les notables de la Droite et du Centre pratiquent une politique gestionnaire et pragmatique qui ne fait qu’alimenter le désespoir et l’indifférence à la politique. 

Lorsqu’on connait un peu l’histoire, on sait que ce sont dans de telles situations de vide démocratique que les pires régimes se sont installés au pouvoir, au nom de « l’efficacité » et d’une « remise en ordre » par en haut. 

Alors que les élections présidentielles et législatives approchent à grands pas, il est plus qu’urgent qu’un sursaut ait lieu dans le peuple de Gauche : notre initiative présente vise à engager notre responsabilité politique dans la vallée de l’Arve. 

Nous nous refusons à admettre cette situation sans assumer le combat politique. La Gauche peut et doit renaître pour changer la vie. Nous proposons de participer à cette reconstruction en revendiquant ses valeurs historiques : l’égalité sociale, l’émancipation culturelle, l’internationalisme et le pacifisme. 

Dans une région où certains vivent dans des logements mal isolés quand d’autres possèdent plusieurs résidences secondaires, une région où l’on vante des projets « d’ascenseurs valléens » alors que les transports en commun du quotidien sont déplorables, une région où les promoteurs immobiliers s’en donnent à coeur joie bien qu’il y ait des logements vides à n’en plus finir, l’égalité sociale est un axe prioritaire.

De même que les licenciements économiques à Dynastar, à SGL Carbon, à Frank & Pignard ; le chômage partiel dans plusieurs entreprises de décolletage ; la fermeture de petites entreprises soumises aux impératifs des grands groupes, la précarisation accrue des travailleurs saisonniers rappellent que la question sociale reste centrale. 

Dans une vallée industrielle où le savoir-faire du décolletage est trop souvent mis au service de l’industrie militaire, où la classe ouvrière est depuis longtemps métissée, l’internationalisme et le pacifisme s’imposent. D’autant plus que la guerre se déchaîne un peu partout dans le monde et que des militaires français ont signé au printemps des tribunes pour faire pression sur la Démocratie. 

Et le pacifisme s’impose par-dessus tout comme une morale face à la crise écologique : le Covid-19 n’est-il pas le produit de cette guerre à la nature que livre l’être humain prisonnier d’un capitalisme en pleine crise ? Cette maladie virale qui a fauché plus de mille vies dans ce département doit-elle nous laisser indifférent ou nous amener à ré-orienter les choses en profondeur ? 

La bétonisation outrancière de la vallée, la pollution de l’air et des sols, la destruction de zones humides, la pression des chasseurs sur la « gestion » de la faune sauvage, et notamment sur le loup, la sur-fréquentation touristique et la fuite en avant dans les canons à neige, tout cela va à l’encontre de la paix avec la Biosphère. 

Et comment ne pas se convaincre que l’émancipation culturelle est un besoin capital dans un territoire mi-urbain, mi-rural où le quotidien est enfermé dans le voiture-boulot-dodo ? Un territoire où la jeunesse se perd au pire dans les paradis artificiels, au mieux fuit dans les grandes villes plutôt que de rester dans une zone sans grande attractivité culturelle. 

À nos yeux, ces valeurs forment le noyau dur de la Gauche. Nous avons besoin d’une Gauche qui parle aux ouvriers et d’une écologie qui parle aussi des animaux. C’est à partir de là que nous serons capables de transformer cet ordre social inégalitaire qui anesthésie les consciences et malmène la Biosphère. 

Pour nous, c’est une piste qui nous semble fructueuse pour mobiliser celles et ceux qui ont joué un rôle de premier ordre lors de la crise sanitaire, mais vis-à-vis desquels les dominants veulent faire payer les coûts de la crise économique. Si les classes populaires ne s’organisent pas pour se défendre et faire payer les riches, l’endettement colossal des pouvoirs publics annonce un terrible coup de massue anti-social. 

Héritier du mouvement ouvrier, nous n’avons pas peur d’affirmer : les classes populaires ont besoin de la Gauche, tout autant que la Gauche a besoin des classes populaires. 

Nous refusons le populisme et le libéralisme qui sont deux approches qui nient cette double filiation. Cela nourrit la rancœur, l’apathie, le désespoir, la violence et les comportements anti-sociaux, tout un terreau fertile pour les fausses solutions de l’extrême droite. 

C’est un appel à une reconstruction à la base de ce que peut être la Gauche de transformation sociale et écologique à la hauteur de notre époque. Une reconstruction qui doit passer par une réflexion générale sur un horizon commun. Éviter ce débat de fond, c’est saper toute possibilité d’émancipation populaire et laisser libre-court à la démagogie. 

C’est pourquoi nous appelons les forces organisées de Gauche qui se reconnaissent dans cette démarche à se réunir le 30 septembre 2021.

>> Pour entrer en contact : gauche.mb74@gmail.com / 07.53.03.24.62

Les 12 premiers signataires soutenant la démarche :

  1. Marie-Pierre GOURICHON, ancienne élue d’opposition « Sallanches Autrement » (2014-2020)
  2. Gilles FONGEALLAZ, ancien élu d’opposition de la gauche citoyenne unie (2014-2020) et ancien secrétaire de l’UL CFDT à Cluses
  3. Sylvie BRIANCEAU, ancienne élue d’opposition « Passy vraiment à gauche » (2014-2020) et candidate LFI aux élections législatives en 2017
  4. Marion BAGNAUD, candidate EELV aux élections départementales 2015 dans le canton du Mont-Blanc et suppléante de la candidature de Jacques Venjean (EELV) aux élections législatives 2017, militante syndicale
  5. Roman BRIANCEAU, Arve à Gauche, membre fondateur du collectif pour la défense de la zone humide de Sallanches, membre fondateur du Comité Anti-Pollution Cluses.
  6. Romain OTHMAN, Arve à Gauche, membre fondateur du collectif pour la défense de la zone humide de Sallanches, engagé dans la protection animale (SPA Haute vallée de l’Arve)
  7. Adélie NEGRE, Arve à Gauche, membre fondatrice du Comité Anti-pollution Cluses, militante syndicale
  8. Pierre GUILBEAU, Arve à Gauche
  9. René NENNA, fondateur du mouvement « On veut des coquelicots » à Sallanches
  10. Maria THEVENET, Arve à Gauche
  11. Willy DURAND, militant engagé contre la pollution de l’air (ex membre de l’AVP)
  12. Valentin RENGEAR, militant du MJS 74

Soutiens publics :

  1. Fadila KHODRI
  2. Isabelle PERELLO
  3. Réda RADOUI
  4. Nadia BOULLIF
  5. Kacper GRUCZKA
  6. Laura BUI
  7. Guillaume CHANAUD

Pour soutenir et rester informé(e)

Joignez-vous aux premiers signataires !
Nom
Prénom
Case à cocher

Une réponse à « Tribune : que renaisse la Gauche dans la vallée de l’Arve ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.