La pollution lumineuse décortiquée par la FNE Haute-Savoie


Ecologie / mardi, octobre 12th, 2021

Ce samedi 9 octobre s’est déroulé le Jour de la nuit, un moment initié en 2009 par l’association Agir pour l’environnement, consacré à la sensibilisation de l’impact de la lumière artificielle nocturne sur le monde vivant.

Nous avions déjà abordé le sujet lors de la formidable lune rousse du début août 2018, malheureusement gâchée par cette pollution lumineuse. Que les phénomènes astraux et les étoiles ne soient presque plus visibles jusqu’ici dans la vallée de l’Arve, pourtant parsemés de pics d’altitude, en dit long sur la détérioration de la vie nocturne par les activités humaines prisonnières du capitalisme.

Car à y voit de plus près, les près de 1 600 éclairages illégaux recensés en France par la FNE, relèvent principalement d’entreprises, de commerces et de collectivités qui maintiennent leur matraquage publicitaire…y compris la nuit. Et comme le souligne l’association, « ils ne sont que la face émergée de l’iceberg ».

Il n’y a qu’à voir dans les villes de la vallée de l’Arve, le nombre d’enseignes commerciales et industrielles allumées la nuit pour se rendre compte du problème.

Pour n’en citer qu’une, car elle est emblématique à nos yeux, il a l’entreprise Fanuc dans la nouvelle zone industrielle Ecotec, par ailleurs construite sur une zone humide, qui arrose tout autour d’elle sa lumière alors qu’elle se trouve à proximité directe d’une zone Natura 2000 et d’un corridor écologique. On aurait pu citer aussi les panneaux JC Decaux récemment installés partout dans Cluses, les panneaux de communication de la mairie de Chamonix, etc.

Cette lumière artificielle ne sert aucun besoins sociaux, mais n’est là que pour valoriser des intérêts privés au détriment du monde vivant, et principalement des insectes qui sont durement fragilisées, voir brulées par ces néons. Mais aussi des êtres humains qui voient leur sommeil perturbé, avec des conséquences néfastes sur la santé.

Un grand mouvement populaire doit voir le jour pour arracher la paix nocturne au vacarme du monde marchand. Mais pour cela, il faut d’abord bien en comprendre les enjeux. Et on a ici le très bon document édité au printemps 2020 par la FNE. Il fait un état des lieux des impacts et des pratiques allant dans le sens d’une meilleure prise en compte de la nuit.

synthese-fne-eclairage-haute-savoie-propositions-p-1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.