Musique du moment : avec Free The Birds, cultiver son âme d’enfant


Culture / vendredi, octobre 29th, 2021

Avec deux E.P sortis en 2020, le projet « Free The Birds » nous délivre un moment de détente enfantin des plus appréciables.

Originaire de Burtonsville, une petite ville d’à peine 10 000 habitants non loin de Baltimore dans le Maryland aux Etats-Unis, Brendan Yates est surtout connu comme leader et batteur du groupe de hardcore Turnstile. Fondé en 2010, le groupe s’est fait connaître grâce à la scène florissante du punk DIY (acronyme pour « Do It Yourself » – « Fais les choses par toi-même ») de Baltimore.

Pendant les confinements de 2020, Brendan Yates a voulu produire un projet musical en lien avec cette expérience si particulière, si marquant de ce début de XXIe siècle. Cela donne « Free The Birds ». Pour lui, c’était surtout une manière de se plonger dans le romantisme de l’enfance. Dans une récente interview, Brendan rappelle ainsi son enfance, cette enfance connue de toutes celles et tous ayant grandi à la campagne :

Mon enfance consistait essentiellement à jouer dans les bois, à faire des sauts de terre et à allumer des feux

Le titre du groupe-projet, « Libérez les oiseaux », est en lui-même est une expression romancée de cet état d’esprit propice à l’évasion. Une humeur bien reflétée dans les samples « frenchy » dans Baby’s Gone ou Well Suited ou avec ces paroles finales de Window :

My soul is of a bird outside my window / It’s cold but I can’t control the way the wind blows ,” as soothing sax-y grooviness amplifies your high.

Mon âme est celle d’un oiseau à l’extérieur de ma fenêtre / Il fait froid mais je ne peux pas contrôler la façon dont le vent souffle

Avec deux E.P sortis en février et en novembre 2020, Brendan Yates nous offre ici un mélange savoureux et joyeux de rock-groovy, d’assemblages amusés avec même parfois une pointe de jazz. Avec cette idée que l’avenir est devant nous, cette hymne à la naïveté juvénile est un booster d’énergie et d’utopie dans notre période marquée par la morosité et le pessimisme généralisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.