Loups : l’obsession des pro-chasse contre l’opinion publique


Ecologie / vendredi, décembre 17th, 2021

En décembre, les louveteaux du printemps sont arrivés à leur taille adulte et intègrent la meute, tandis que les loups nés les années précédentes sont en phase de dispersion. C’est donc durant les mois d’hiver que les jeunes loups parcourent de nombreux kilomètres pour trouver un nouveau territoire, d’autres loups solitaires et fonder une nouvelle meute.

Ce long périple était d’ailleurs le sujet du documentaire « l’Odyssée du loup », diffusé à la télévision en 2019.

Dans les premiers mois et premières années, les loups sont encore inexpérimentés. Cela explique en partie pourquoi ils peuvent être observés près des villes et au demeurant ils ont généralement des comportements peu farouches envers les humains.

Si les loups viennent « aux portes des villes », comme on peut le voir titré dans la presse locale, c’est que les villes s’étalant sans cesse, entre voies rapides et autoroutes, le choix pour les éviter est mince. La population humaine, si elle pouvait auparavant en déduire une forme de prédation envers les humains, a désormais compris qu’il y avait peu de raison de s’inquiéter.

Il y a même un fort sentiment de compréhension envers cet animal inlassablement chassé qui voit son habitat naturel se réduire et ses proies disparaître. Qui plus est en plein hiver, où le plus souvent les troupeaux sont enfermés et où presque rien ne justifie les appels monomaniaques d’André Mugnier président des chasseurs de Haute-Savoie, à en tuer d’avantage.

Les chasseurs sont spontanément les personnes à qui on demande leur opinion à propos du loup, car malgré le fait qu’ils sont une minorité, ils sont officiellement placés dans les instances sensées agir pour la « biodiversité » contre l’opinion publique majoritaire.

L’on finit donc par placer en haut de la pyramide de la « biodiversité » les animaux d’élevage, façonnés de bout en bout par l’homme, et tenter d’élargir la psychose à l’ensemble de la population.

Nous présentons ici un florilège de réactions sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.