Le pacifisme, une valeur capitale


société / mardi, janvier 11th, 2022

A Genève, une énième rencontre entre les Etats-Unis et la Russie atteste de la tendance à la Guerre qui menace l’Europe elle-même.

Il fut un temps pas si lointain où être de Gauche, c’était défendre de manière inconditionnelle le pacifisme. Plus qu’une défense, il s’agissait d’ailleurs de propager des valeurs antimilitaristes, à l’instar des mobilisations populaires contre les guerres de Yougoslavie dans les années 1990 ou contre la guerre en Irak en 2003.

Depuis, tout semble s’être évaporé et cela est d’autant plus inquiétant que la Guerre, mondiale et non plus seulement régionale, redevient un enjeu de premier plan.

Résider à proximité de Genève nous rappelle cette tendance vers la Guerre mondiale. La rencontre de ce lundi 10 janvier à Genève entre les ministres des affaires étrangères Russes et des Etats-Unis n’est qu’un moment dans la guerre que se livre les deux grandes puissances.

Une guerre qui risque de prendre une tournure dramatique avec la question de l’Ukraine. Car il ne faudrait pas penser que les deux puissances maîtrisent les choses comme dans un jeu d’échec. Ces entrevues entre états majors militaires ou politiques ne sont que des moments pour mieux critiquer l’autre, et ainsi construire sa légitimité auprès de son opinion publique.

En juin dernier, Joe Biden et Vladimir Poutine ne sont-ils pas déjà rencontrés pour « mettre au clair » la situation ? Et cette mise au clair est simple : les Etats-Unis à travers l’OTAN n’ont cessé d’avancer des bases militaires en Europe de l’est depuis les années 1990 et cela apparaît comme une provocation pour la Russie qui se considère comme un empire eurasiatique, dont l’Europe de l’est relèverait de son air d’influence.

Voir aussi : À Genève, la « rencontre » Biden-Poutine rappelle que la tendance à la Guerre est bien là

Dans les deux cas, il y une négation flagrante des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, à être libre des pressions des Etats-Unis (l’Union Européenne n’étant qu’un relais de l’OTAN et donc des Etats-Unis) ou de la Russie.

L’Ukraine apparaît depuis 2014 comme le point névralgique de tout cette confrontation politique…et demain militaire, avec des conséquences directes pour le peuple ukrainien, et indirectement pour l’ensemble des peuples du monde.

Un des scénarios possibles est l’envahissement de la partie est de l’Ukraine par la Russie, qui a déjà massé plus de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne, avec pour conséquences des sanctions américaines, comme la sortie de la Russie du système bancaire international (SWIFT).

Cela signifierait que les actifs financiers russes se retrouveraient du jour au lendemain comme jeté en dehors du système financier international, accentuant la logique de blocs antagonistes mais aussi l’état d’esprit belliqueux, revanchard, guerrier dans les deux puissances.

Sans même parler de la panique sur les marchés, avec la question du gaz russe qui a révélé toute sa dimension stratégique lors des tensions récentes au Kazakhstan.

Il est donc clair que le pacifisme, non pas celui béat et impuissant, mais celui porté par une mobilisation en faveur de la solidarité internationale entre les peuples, va devenir central dans les mois et les années à venir. C’est même un devoir que de commencer à diffuser l’idée d’une organisation contre la guerre, à l’image du puissant mouvement pour la paix développé dans les années 1950 par la Gauche.

Dans la vallée de l’Arve, le pacifisme est d’autant plus fondamental que l’industrie du décolletage repose en partie sur les commandes de l’industrie militaire dont l’armée française est alignée sur les intérêts de l’OTAN.

Il va donc bien falloir s’extirper de cette idée d’un monde apaisée, globalement en paix; situation qui semblait un acquis des années 1990.

Un acquis qui n’a été finalement qu’une illusion : tant que nous vivrons dans le capitalisme, les grandes crises économiques, comme celle liée à la crise sanitaire actuelle, entraineront toujours les grandes puissances vers la guerre pour se relancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.