FNE 74 : Bouquetins du Bargy : contre l’avis des scientifiques, de nouveaux abattages massifs prévus !


Ecologie / jeudi, février 17th, 2022

Voici le communiqué de la FNE Haute-Savoie suite à la décision du préfet d’aller dans le sens d’un abattage massif des bouquetins du Bargy. Pour un aperçu de la question, voir notre dernier article : Bouquetins du Bargy : massacre prévu pour ce printemps.

Comme en 2014, alors que plus de 9 bouquetins sur 10 sont sains, les pouvoirs publics entendent abattre sans contrôle sanitaire préalable un grand nombre des bouquetins du Bargy.

Une infection en voie d’extinction naturelle

On y était presque ! Le taux de prévalence de la brucellose, s’établissant dorénavant à environ 4% de la population des bouquetins dans le cœur du massif avait été divisé par 10 en 5 ans, et il était estimé à zéro en zones périphériques. On était presque parvenus à une situation où l’infection pourrait s’éteindre naturellement, moyennant un certain nombre de mesures prudentes et raisonnées à appliquer sur 2022 et les années suivantes.

Nous avons donc, en 2022, une opportunité de mettre en œuvre les mesures raisonnées issues d’évaluations de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) réalisées entre 2015 et 2021. Celles-ci sont, de plus, soutenues par la sphère scientifique à travers l’avis du CNPN (Conseil National de Protection de la Nature, instance consultative du Ministère de la Transition Écologique regroupant des experts reconnus ès-qualité) du 27 janvier 2022 qui a rendu un avis défavorable à l’unanimité, ce qui est rare. Mais la pression politique et économique a encore une fois pris le dessus sur la raison scientifique.

2022-04-avis_arrete-derogation-bouquetin-bargy_cnp

Depuis 2013, avec le milieu scientifique, nous préconisons une combinaison de captures par téléanesthésie, assorties de contrôles avec euthanasie des bouquetins séropositifs. Cette procédure, dont les agents de l’Office Français de la Biodiversité sont devenus spécialistes, alliée à des mesures de biosécurité (séparation stricte des zones de pâturage, parcages de qualité, élimination des pierres à sel et réduction de la divagation des chiens) doivent permettre d’arriver à l’extinction de la brucellose.

Depuis le début de cette crise, nous alertons les pouvoirs publics et les éleveurs sur le risque de dissémination de la maladie à d’autres massifs, notamment les Aravis, en cas de tirs d’abattage comme veut les déclencher le préfet. En effet, soumis à une forte pression de tir, les animaux survivants s’éparpilleront, alors qu’ils restent cantonnés lors des opérations de capture. En outre, le projet prévoie d’abattre préférentiellement des femelles, lesquelles seront pour la plupart gestantes en mai-juin.

Le Bouquetin des Alpes est une espèce patrimoniale strictement protégée. Sur le Bargy, à partir d’une population estimée à 600 ou 700 individus dans les années 2010-2012, près de 500 bouquetins ont déjà été éliminés. Compte-tenu des naissances chaque été, il en reste aujourd’hui environ 380 dont plus de 9 sur 10 sont parfaitement sains. Deux contaminations de bovins ont eu lieu en 20 ans, sur des vaches que les éleveurs n’ont d’ailleurs pas le droit de vacciner. La détresse des éleveurs concernés est certaine, et ils ont toute notre considération. Il faut bien entendu réduire le risque pour cette filière, mais nous affirmons que la cohabitation en montagne entre les activités humaines et la faune sauvage ne pourra en aucun cas se régler à grands coups de fusils, à l’aveuglette de surcroît. 

Malgré les discussions intenses qui ont eu lieu pour que les pouvoirs publics prennent en compte l’avis négatif du CNPN et revoient leur copie, le préfet de la Haute-Savoie persiste et signe. Il a fait lancer ce matin la consultation publique réglementaire de 21 jours sur son projet d’arrêté d’abattage sans contrôle sanitaire préalable d’un grand nombre de bouquetins. Et attention, les dés sont pipés. Le titre de la consultation sur le site de la DDT ne mentionne que des captures, alors que le texte du projet d’arrêté prévoie des prélèvements (abattages) massifs.

projet_ap_def

Réagissez avec nous !

Il est important de participer nombreux à cette consultation pour exprimer notre désaccord sur les abattages prévus.

Les avis doivent être envoyés au plus tard le 7 mars 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.