Non au déploiement du 27e BCA en Roumanie !


Politique / samedi, février 26th, 2022

La France mobilise des soldats du 27e BCA dans le cadre de l’alliance avec l’OTAN, contribuant à mettre de l’huile sur le feu.

Emmanuel Macron l’avait annoncé, et voilà la mesure confirmée : la France renforce sa présence militaire en Estonie avec 200 soldats, quatre avions de chasse, et va déployer 500 soldats français accompagnés de blindés en Roumanie.

Parmi ces 700 hommes, 250 seront donc issus du 27e Bataillon des chasseurs alpins stationnés à à la base de Cran-Gevrier.

Cette annonce du président de la République se fait alors que la population est sidérée par la tournure des évènements. On a là une attitude typique d’une décision anti-démocratique, prise par en haut dans une logique militariste.

C’est ainsi que l’on apprend a posteriori que le 27e BCA était en « Alerte 48 heures » depuis mercredi soir permettant de rendre disponibles immédiatement des forces armées pour intervenir dans un champ de 3 000 km.

Car tout le monde sait maintenant qu’une des raisons avancées par Vladimir Poutine pour envahir l’Ukraine est précisément le renforcement de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), cette structure politico-militaire fondée en 1949 par la puissance américaine pour contrer l’URSS.

Evidemment, si Poutine réclame la fin de l’avancée de l’OTAN en Europe de l’est et le retour à la situation de 1997 (la Roumanie et l’Estonie adhèrent en 2004), cela n’est qu’un prétexte pour masquer qu’il est à la tête d’un régime nationaliste-chauvin qui tire sa force d’un vaste complexe militaro-industriel.

Et l’invasion de l’Ukraine n’est que le couronnement de l’idéologie eurasienne développée par Alexandre Douguine, et que Vladimir Poutine a fait sienne, comme le montre la publication en juillet 2021 du long texte « Sur l’unité historique des Russes et des Ukrainiens » où est nié l’existence de nation ukrainienne, devant s’inscrire dans la « Nouvelle Russie ».

>> Voir aussi : A Genève, la « rencontre » Biden-Poutine rappelle que la tendance à la guerre est là

Cette idéologie prétend unir des communautés slaves hétérogènes sur une base impériale et civilisationnelle autour d’un noyau historique, la Russie, au mépris de l’existence même du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Mais dans l’affaire nationale ukrainienne, les puissances occidentales unies par et dans l’OTAN font également partie du problème et non pas de la solution.

Quoi qu’on en dise, le mouvement dit de l’Euromaïdan de 2013-2014 a été un mouvement pro-européen, pro-OTAN, soutenu par les partis de droite et d’extrême droite qui nient l’interpénétration historique des peuples russes et ukrainiens.

L’Euromaïdan s’est appuyé sur l’ouest ukrainien, historiquement tourné vers la Pologne et l’Autriche, contribuant à aiguiser des différences, qui doivent pourtant être résolues de manière démocratique par le peuple ukrainien lui-même, sans l’ingérence de puissances extérieures.

Ce qui se passe en Ukraine est donc terrible : cela relève d’une conflit entre grandes puissances impérialistes qui, dans un jeu cynique, utilisent l’Ukraine comme moyen d’élargir leurs zones d’influences au détriment de la paix entre les peuples.

En se rangeant derrière la puissance américaine, Emmanuel Macron accentue la pression occidentale et contribue à dessiner toujours plus des blocs politico-militaires qui se font face, comme cela a été le cas avant 1914.

Les peuples n’ont aucun intérêt à prendre parti pour un impérialisme contre un autre. L’intérêt des peuples est dans la mobilisation contre les guerres d’expansion, pour l’émancipation sociale et pour résoudre librement et démocratiquement leurs questions nationales.

2 réponses à « Non au déploiement du 27e BCA en Roumanie ! »

  1. Cela fait plaisir de ne pas se sentir seuls contre la guerre, contre l’armement et les militaires. Il ne peut pas y avoir de crimes de guerre car la guerre (petite ou grande) est un crime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.