Bouquetins du Bargy : faisons émerger une opinion publique !


Ecologie / vendredi, avril 29th, 2022

En parallèle aux actions juridiques et associatives, il faut travailler à l’éclosion d’une opinion publique qui prenne la défense absolue des Bouquetins du Bargy.

Les jours de 170 Bouquetins du massif du Bargy sont dorénavant comptés. Avec l’arrêté préfectoral signé et courant jusqu’en 2030, les tirs d’abattage n’attendent vraisemblablement plus que des conditions favorables…

C’est donc pour gagner du temps que 7 associations écologistes et animalistes (FNE 74 et Aura, LPO, Aspas, AVES, Animal Cross, One Voice) ont émis deux recours juridiques, un suspensif et un sur le fond, auprès du Tribunal administratif de Grenoble. En octobre 2020, c’est ce même Tribunal qui avait suspendu le précédent arrêté également fondé l’abattage indiscriminé de 60 bouquetins, après une action judicaire de l’association Animal Cross.

Pour la dernière action lancé par les 7 associations, l’acceptation de la suspension de l’arrêté permettrait d’évaluer ensuite les choses sur fond afin de préserver l’ensemble des animaux sains du massif, soit l’immense majorité de l’espèce vivant dans le Bargy.

Mais la bataille s’annonce d’ores et déjà corsée. Il faut se souvenir ici de la mobilisation du monde de l’agriculture et de l’élevage le 29 novembre 2021 devant la préfecture d’Annecy, ainsi que les coups de pression devant le siège de la FNE qui s’en est suivi.

La pression des syndicats agricoles, mais aussi dans une moindre mesure des chasseurs, est énorme et il s’agit bien d’une opposition à contresens de l’Histoire, qui veut que la défense du vivant prime sur la gestion de la nature pour le seul compte des intérêts humains. Pour le monde de l’élevage, évidemment, une décision favorable serait inacceptable tant ce qui est en jeu pour lui, ce n’est ni plus ni moins que son capital.

>> Voir aussi : « Tuer les bouquetins, sauver les bovins »: les agriculteurs en roue libre

Que Julien Denormandie soit pressenti comme potentiel Premier ministre, qui serait alors « attaché à la question sociale, environnementale et productive », n’a rien rien de rassurant car c’est lui qui a arbitré, en tant que ministre de l’agriculture, en faveur de l’abattage massif des Bouquetins, plaçant ainsi l’intérêt économique de la filière laitière et bovine au-dessus de la faune sauvage.

De même que le ralliement public de Willy Schraen, président des chasseurs, au Président Emmanuel Macron fraîchement réélu ne va pas aider la cause des bouquetins, bien au contraire…

Par conséquent, on a urgemment besoin de voir émerger une opinion publique prenant fait et cause pour le bouquetin.

Dans cette bataille démocratique, on peut déjà compter sur une pétition lancée par la FNE Haute-Savoie qu’il faut signer et diffuser. Dans le même état d’esprit, vous pouvez vous appuyer sur une vidéo réalisée là aussi par la FNE Haute-Savoie dans laquelle son responsable, également impliqué dans la LPO, Jean-Pierre Crouzat, explique l’histoire de la défense du Bouquetin (on y voit les images difficiles des abattages 2012-2013).

Alors, discutez autour de vous de ce sujet, dans votre famille, votre cercle amical, au travail, etc.
Prenez position, diffusez des informations à ce sujet et osez entrer en antagonisme avec les traditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.