Route forestière du Col de Voza : en défense du biocentrisme


Ecologie

Le projet de route forestière du col de Voza est symptomatique d’un rapport anthropocentré à la nature : elle serait un réservoir de matière première qu’il faudrait gérer convenablement. Une telle approche relève d’un rapport dépassé que la bourgeoisie entretient avec le monde : l’anthropocentrisme, l’homme « comme maître et possesseur de la nature ».

4 juin 2021